L’Ontario a surestimé ses coûts pour les services aux migrants irréguliers

TORONTO — La vérificatrice générale de l’Ontario affirme que la province a considérablement surestimé les coûts de prestation de services aux demandeurs d’asile en situation irrégulière en provenance des États-Unis.

Dans un rapport spécial publié mercredi, Bonnie Lysyk affirme que l’estimation de 200 millions $ donnée par les progressistes-conservateurs au pouvoir en 2018 représentait le coût de la prestation de services à tous les demandeurs d’asile, pas seulement aux supposés migrants irréguliers.

Elle a affirmé que la ministre des Services sociaux de l’époque, Lisa MacLeod, avait reçu des informations inexactes de la part de fonctionnaires.

Mme MacLeod avait officiellement demandé 200 millions $ au gouvernement fédéral pour couvrir les coûts qui, selon elle, avaient été engagés par la province et ses municipalités à la suite d’un afflux de demandeurs d’asile en provenance des États-Unis.

Mme Lysyk affirme que son bureau a constaté que le gouvernement de l’Ontario a dépensé environ 81 millions $ en services pour les demandeurs d’asile ayant traversé la frontière en dehors des points de contrôle officiels entre le 1er avril 2017 — lorsque le gouvernement fédéral a commencé à suivre leur arrivée — et le 31 juillet 2018.

«L’information fournie par le ministère au ministre pour l’annonce publique était vraiment inexacte, a déclaré la vérificatrice générale par communiqué. Les hauts fonctionnaires doivent s’assurer de l’exactitude des renseignements fournis au gouvernement aux fins des annonces publiques et de la prise de décisions.»

Par contre, elle rappelle que le gouvernement fédéral a versé «seulement» 15,6 millions $ en compensation à Toronto, Ottawa et la région de Peel.

À titre comparatif, le Québec a engagé des coûts de 300 millions $ et a reçu une compensation de 286 millions $ du gouvernement fédéral dans le cadre d’une entente distincte de partage des coûts, a-t-elle fait valoir. 

La vérificatrice a recommandé que l’Ontario cherche à conclure une entente avec le gouvernement fédéral pour l’indemniser au titre de la prestation de services qu’elle offre aux demandeurs du statut de réfugié, y compris les personnes qui traversent la frontière de façon irrégulière.

L’accord actuel ne le fait pas, et des coûts supplémentaires ont été engagés jusqu’à la fermeture de la frontière en raison de la pandémie de COVID-19, a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire
Les plus populaires