L’Ontario connaît une 3e vague, selon les conseillers scientifiques de la province

TORONTO — Les conseillers scientifiques du gouvernement ontarien affirment que la province est maintenant entrée dans une troisième vague de COVID-19.

Le comité consultatif scientifique, qui conseille le gouvernement de l’Ontario, indique que les variants plus infectieux du coronavirus représentent maintenant près de la moitié des nouvelles infections et stimulent la croissance des cas. Le groupe affirme que près des deux tiers des 34 bureaux de santé publique connaissent maintenant une «croissance exponentielle» du virus.

Le médecin hygiéniste en chef de la province déclarait lundi que l’Ontario pourrait amorcer une troisième vague, mais que l’étendue de celle-ci restait à voir. «Je dirais que nous sommes au début d’une troisième vague. Qu’est-ce que cela signifie? Quelle est sa taille? Cela reste à déterminer», indiquait le docteur David Williams lundi.

Le premier ministre Doug Ford a demandé mardi aux Ontariens de continuer à suivre les directives de la santé publique, alors que de plus en plus de vaccins sont administrés. «Nous ne pouvons pas baisser la garde une seule seconde», a-t-il dit. 

La médecin hygiéniste en chef du Canada a déclaré que l’Ontario avait atteint un «point d’inflexion» dans la courbe de la pandémie, alors que cette province semblait avoir maîtrisé sa deuxième vague. «Ce qui se passe, à partir d’ici, dépendra en fait des mesures prises — savoir s’il s’agit d’une petite bosse ou si les choses pourraient décoller», a déclaré la docteure Theresa Tam.

L’Association des hôpitaux de l’Ontario croyait elle aussi, lundi, que la province était entrée dans une troisième vague, citant les données du groupe consultatif scientifique, mais aussi ses propres chiffres sur le nombre de patients aux soins intensifs, en hausse.

La présidente de l’Association des infirmières autorisées de l’Ontario a estimé de son côté que le gouvernement Ford avait levé trop tôt l’ordonnance de «rester à la maison», un assouplissement qui aurait permis aux variants de se propager dans la communauté. Doris Grinspun craint maintenant que la province ne revienne au confinement général. «Nous sommes lents sur la vaccination et nous arrivons rapidement à une troisième vague: c’est une collision frontale catastrophique.»

Duel vaccins-variants 

Ces nouvelles données arrivent alors que la province accélère le déploiement de ses vaccins: on a lancé lundi un nouveau portail de réservation et un nouveau centre d’appels. La province a indiqué mardi que 133 000 personnes âgées de 80 ans et plus avaient réservé lundi leurs rendez-vous, malgré des problèmes techniques sur le site Web et de longs délais d’attente au téléphone. Mardi midi, 21 000 rendez-vous supplémentaires avaient été pris, selon le gouvernement.

La médecin-hygiéniste adjointe de Toronto a déclaré de son côté que les cas dans la métropole avaient plafonné avant la reprise actuelle. La docteure Vinita Dubey a estimé que la définition de cette tendance comme une «troisième vague» dépendra de la durée des hausses de nouveaux cas. Mais «les variants sont en hausse, ça c’est sûr», a-t-elle dit. Elle a par contre souligné l’opération de vaccination efficace dans les foyers de soins de longue durée, ce qui a permis une baisse des cas de COVID-19.

L’Ontario signalait mardi 1074 nouveaux cas et 11 autres décès liés au virus. Du millier de nouveaux cas, 313 étaient recensés à Toronto, 199 dans sa banlieue de Peel et 101 dans celle de York. Les autorités affirment que 1085 cas ont été résolus depuis le rapport quotidien de lundi. Les données de mardi sont basées sur plus de 28 500 tests terminés. On indiquait mardi que 51 579 nouvelles doses d’un des vaccins avaient été administrées en Ontario depuis la dernière mise à jour, ce qui porte le total jusqu’ici à 1 243 132 doses.

Par ailleurs, la décision du Comité consultatif national de l’immunisation de recommander finalement le vaccin Oxford-AstraZeneca pour les personnes âgées a eu l’heur d’irriter le premier ministre ontarien. Ce revirement du Comité survient quelques jours après que l’Ontario a utilisé ses directives antérieures pour cibler la distribution de ce vaccin aux personnes âgées de 60 à 64 ans.

M. Ford a déclaré que la province respectera l’engagement qu’elle avait pris envers les personnes de ce groupe d’âge, mais «ça ne fait que tout gâcher, pour être très franc avec vous», a-t-il lancé mardi. «Nous avons tout mis en place, aligné tout le monde, et tout d’un coup, sans préavis, nous pouvons à nouveau déplacer les poteaux des buts.»

D’autre part, mardi, une école privée pour garçons à Toronto a temporairement déplacé tous ses cours en ligne, après que plusieurs élèves ont été déclarés positifs. L’Upper Canada College affirme qu’il y a eu 10 cas de COVID-19 chez des élèves de 4e, 8e et 12e années. L’école soutient toutefois qu’il n’y a aucune confirmation que ces cas sont le résultat d’une transmission au sein même de l’école. Par précaution, tous les cours seront donnés à distance jusqu’à la semaine prochaine.

Laisser un commentaire