L’Ontario déposera une loi pour empêcher la grève dans les écoles

TORONTO — Le ministre de l’Éducation de l’Ontario a l’intention de déposer un projet de loi lundi pour éviter une grève du personnel de soutien des écoles de la province.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente environ 55 000 travailleurs de l’éducation, a annoncé plus tôt dimanche qu’il donnait le préavis de cinq jours requis et qu’il avait l’intention de déclencher une grève complète vendredi.

En fin de journée, le ministre de l’Éducation de la province, Stephen Lecce, a annoncé que si le SCFP refusait de retirer son intention de partir en grève, il déposerait une loi qui imposerait une nouvelle convention collective.

«Puisque le SCFP refuse de retirer son intention de débrayer, et afin d’éviter de fermer des classes, nous n’aurons d’autre choix que de présenter une loi (lundi), ce qui garantira que les élèves restent en classe pour rattraper leur apprentissage», a expliqué M. Lecce, tard dimanche.

Le gouvernement offrait des augmentations de 2 % par année aux travailleurs qui gagnent moins de 40 000 $ et de 1,25 % pour tous les autres. M. Lecce a toutefois indiqué qu’avec sa nouvelle proposition, le gouvernement accorderait des augmentations annuelles de 2,5 % aux travailleurs gagnant moins de 43 000 $ et de 1,5 % par an pour tous les autres employés concernés.

Le SCFP demande des augmentations salariales de 11,7 %, des heures supplémentaires à deux fois le taux de rémunération régulier, 30 minutes de temps de préparation rémunéré par jour pour les assistants en éducation et les éducateurs à la petite enfance, ainsi qu’une augmentation des avantages sociaux et du développement professionnel pour tous les travailleurs.

Laura Walton, présidente du Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario du SCFP, reconnaît qu’une loi mettrait fin au droit de grève.

«C’est inquiétant non seulement pour nos alliés enseignants, mais aussi, je pense, pour tous les travailleurs de la province, a dénoncé Mme Walton. Ce gouvernement ne travaille pas pour les travailleurs, ça c’est clair.»

Mme Walton a indiqué que le syndicat «examinera toutes ses options», et a fait remarquer que des mesures similaires avaient été prises par l’ancien gouvernement libéral.

Les membres du SCFP avaient renvoyé un mandat de grève de 96,5 % plus tôt ce mois-ci.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.