L’Ontario doit convaincre les immigrants de s’installer dans les régions

TORONTO — Le gouvernement ontarien et les administrations locales doivent en faire plus pour convaincre les immigrants de s’installer ailleurs que dans la région du Grand Toronto, affirme un nouveau rapport du Conference Board du Canada rendu public jeudi.

Selon les auteurs du rapport, la répartition des nouveaux arrivants en Ontario illustre bien la disparité entre la région métropolitaine et le reste de la province. S’il persiste, ce phénomène risque de drainer les ressources de la capitale tout en empêchant les autres régions de profiter des bienfaits de l’immigration.

Selon les données du Conference Board, 77 pour cent des nouveaux arrivants dans la province s’installent actuellement dans la région de Toronto. Les auteurs reconnaissent que «cet apport enrichit l’économie de la région, mais pose aussi des défis économiques à celle-ci ainsi qu’au reste de l’Ontario».

En 2018, le Grand Toronto avait accueilli 106 000 immigrants, un nombre supérieur à celui des quatre provinces maritimes, du Québec, du Manitoba et de la Saskatchewan réunis.

Pour les auteurs, cette conjoncture s’ajoute «aux pressions économiques et budgétaires sur l’ensemble de la province qui est en butte à une population vieillissante, un faible taux de natalité et, parfois, des taux élevés d’émigration».

L’économiste principal du Conference Board, Pedro Antunes, souligne que le faible taux de chômage de la province laisse présager un marché du travail sous pression, une tendance que l’on retrouve partout au pays.

«S’il n’y avait pas d’immigration au Canada, le nombre de travailleurs atteindrait un plafond, dit-il. Cela augurerait mal pour la croissance économique.»

Les auteurs du rapport soutiennent que le reste de la province pourrait bénéficier d’une immigration accrue et formule cinq recommandations pour y parvenir.

Ils indiquent notamment que le gouvernement provincial devrait affiner le Programme ontarien des candidats à l’immigration (POCI), le moyen par lequel les immigrants et les étudiants internationaux peuvent présenter une demande de résidence permanente.

Parmi les autres recommandations figurent le renforcement des liens d’attachement économique, la mise en valeur des régions métropolitaines de recensement (RMC), l’élaboration d’une stratégie d’immigration régionale et la sensibilisation de la population aux avantages de l’immigration.