L’Ontario élargit les groupes qui seront dépistés en priorité

TORONTO — L’Ontario recensait jeudi 514 nouveaux cas de COVID-19 et 38 décès supplémentaires.

Le bilan dans cette province est donc de 8961 cas confirmés, dont 423 décès et près de 4200 cas résolus. La croissance du nombre total de cas en Ontario demeure relativement faible depuis environ une semaine, et les responsables de la santé publique ont estimé que le sommet de la courbe était attendu cette semaine.

Le nombre de personnes hospitalisées a légèrement augmenté, pour atteindre 807, et bien que le nombre de personnes sous respirateur ait également augmenté, on compte moins de personnes aux soins intensifs.

La province avait par ailleurs effectué jeudi 9001 tests au cours des 24 heures précédentes, dépassant donc l’objectif de 8000 fixé par la ministre de la Santé la semaine dernière. Le premier ministre Doug Ford a souvent exprimé sa frustration que l’Ontario traite un nombre quotidien de tests bien en deçà de sa capacité de 13 000. L’Ontario avait effectué mardi un peu plus de 6000 tests.

Plus de groupes testés

L’Ontario a d’ailleurs augmenté la liste des groupes prioritaires qui seront dépistés pour la COVID-19 s’ils présentent des symptômes.

Le gouvernement a maintenant ajouté à la liste des groupes prioritaires pour le dépistage les résidents et le personnel des refuges pour sans-abri et des foyers de groupe, les personnes vivant avec des travailleurs de la santé et les gens qui doivent fréquenter un hôpital — dès qu’ils développeront des symptômes de l’infection virale.

Les nouvelles directives prévoient que les personnes vivant et travaillant dans des lieux d’«agrégats» tels que les refuges pour sans-abri, les établissements correctionnels et les foyers de groupe doivent être testées dès que possible si elles présentent des symptômes tels que fièvre, pneumonie ou «tout nouveau symptôme ou aggravation».

Les travailleurs essentiels, les travailleurs transfrontaliers et les personnes vivant avec du personnel soignant doivent également être testés dès que possible s’ils développent des symptômes. Les lignes directrices indiquent également que les personnes qui doivent être en contact fréquent avec le réseau de la santé, comme les patients atteints d’un cancer ou sous dialyse et les femmes enceintes, doivent être testés dès qu’ils développent des symptômes.

Une porte-parole de la ministre de la Santé, Christine Elliott, a déclaré que les nouvelles directives aideront l’Ontario à tirer pleinement parti de sa capacité de tests et permettront à la province d’identifier et de contenir plus efficacement les cas parmi les populations vulnérables.