L’Ontario probablement dans une nouvelle vague de COVID-19, selon des experts

TORONTO — Le groupe consultatif d’experts sur la pandémie en Ontario a déclaré que la province semble être entrée dans une autre vague d’infections provoquées par le sous-variant BA.5 Omicron.

La Table consultative scientifique sur la COVID-19 de l’Ontario (SAT) indique que les signaux à partir de l’analyse des eaux usées, le taux de positivité des tests et les hospitalisations dues à la maladie augmentent et que plusieurs régions de la province voient une hausse exponentielle de la propagation du virus.

Le Dr Fahad Razak, directeur scientifique du groupe, a affirmé que le sous-variant BA.5, hautement infectieux, semble également être plus apte à échapper au système immunitaire, ce qui signifie que les personnes récemment infectées peuvent contracter à nouveau le virus peu de temps après.

Jusqu’à présent, les preuves ne suggèrent pas une plus grande virulence du BA.5, mais le Dr Razak a rappelé que le grand nombre de personnes infectées peut encore amener de nombreuses personnes à subir des conséquences graves et mettre un poids supplémentaire sur le système de santé.

La pression actuelle sur le système de santé de la province, confrontée à des pénuries généralisées de personnel, signifie que même une augmentation relativement faible des hospitalisations pourrait être problématique, a-t-il noté. «Nous devons nous inquiéter pour le secteur hospitalier. (…) La tension qu’il subit est vraiment sans précédent. Il n’a pas la réserve qu’il avait, la capacité de se rallier qu’il avait plus tôt dans la pandémie.»

La haute transmissibilité du variant pourrait également signifier que de nombreuses personnes – y compris celles qui sont très vulnérables au virus – pourraient être infectées et subir des conséquences graves, y compris la mort. Et même une infection «légère» pourrait provoquer des semaines de perturbations, a fait valoir le Dr Razak, obligeant potentiellement les gens à s’absenter du travail ou de l’école.

Port du masque

Il a dit que les gens devraient prendre des précautions comme porter le masque dans les espaces bondés et privilégier les rassemblements à l’extérieur lorsque cela est possible.

C’est également une préoccupation pour le médecin urgentiste de la région de York, le Dr Steven Flindall, qui a récemment relayé une lettre ouverte de travailleurs de la santé appelant au retour du masque obligatoire dans les établissements de soins de santé après que la province a abandonné la mesure le mois dernier.

Il a cité la récente fermeture des urgences dans un hôpital de Perth, qui a été en partie provoquée par une épidémie de COVID-19, comme un avertissement pour le reste de la province.

«Si vous ne faites pas tout ce que vous pouvez pour protéger au moins les travailleurs de la santé, vous allez avoir un système à genoux dans très peu de temps, et je pense que nous commençons déjà à voir des fissures», a-t-il plaidé en entrevue.

En ce qui concerne les quatrièmes doses de vaccin, le Dr Razak a souligné que les personnes actuellement admissibles – les aînés de 60 ans et plus, les adultes autochtones et les résidents des maisons de soins de longue durée et des CHSLD – devraient relever leur manche maintenant, tout en se disant généralement d’accord avec les recommandations fédérales selon lesquelles une campagne de vaccination plus large pourrait attendre à l’automne.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.