L’Ontario prolonge les décrets d’urgence sanitaire d’au moins un mois

TORONTO — Le gouvernement de l’Ontario a prolongé jeudi ses décrets d’urgence sanitaire, estimant qu’il avait toujours besoin de ces outils pour lutter contre la pandémie de COVID-19.

La solliciteuse générale, Sylvia Jones, a expliqué que le gouvernement prolonge la plupart des décrets jusqu’au 22 septembre, même si le nombre de cas continue de diminuer en Ontario. Ces décrets d’urgence sanitaire permettent toujours au gouvernement de déterminer les activités permises en phase 3 du déconfinement et de régir la mobilité des travailleurs de la santé et la gestion des foyers de soins de longue durée.

Le gouvernement a toutefois indiqué qu’il laisserait certains décrets devenir caduques, dont celui qui permet aux conseils scolaires de redéployer des travailleurs de l’éducation dans les établissements de santé pour répondre à une crise; ce décret expirera le 31 août. La ministre Jones a assuré par ailleurs que le gouvernement examinait chacun des autres décrets d’urgence sanitaire afin de déterminer s’ils sont toujours nécessaires.

L’Ontario a signalé jeudi 76 nouveaux cas de COVID-19 et un nouveau décès lié au virus. La province a également signalé 76 cas nouvellement résolus. Le nombre total de cas s’élève désormais à 41 048, dont 2793 décès et 37 291 cas considérés comme résolus.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a toutefois précisé qu’en raison d’un problème avec le système de déclaration, les données n’étaient pas disponibles jeudi pour 11 des 34 bureaux de santé publique. Elle a déclaré que les hospitalisations et les patients sous respirateur avaient diminué jeudi, alors que les admissions aux soins intensifs demeuraient stables. La province a pu effectuer 25 917 tests de dépistage la veille.

Un «dépistage sentinelle»?

Par ailleurs, une ancienne ministre de l’Éducation de l’Ontario estime que la province devrait procéder à un «dépistage sentinelle» dans les écoles où le risque d’infection au coronavirus est plus élevé.

Le gouvernement de Doug Ford a annoncé le mois dernier son intention de rouvrir les écoles en septembre. Mais il subit des pressions pour une réduction de la taille des classes au primaire, afin d’accroître la distanciation physique entre les élèves.

Mitzie Hunter, qui était ministre de l’Éducation dans le gouvernement libéral précédent, croit qu’un tel «dépistage de surveillance», facultatif, rassurerait les parents en vue de la rentrée scolaire le mois prochain.

Dans une lettre à la ministre de la Santé, Mme Hunter suggère que les tests devraient débuter avant la rentrée et se poursuivre en septembre. Le cabinet de la ministre Elliott n’a pas immédiatement commenté la lettre de Mme Hunter.

Laisser un commentaire
Les plus populaires