L’Ontario rate une cible de vaccinations dans les foyers de soins de longue durée

TORONTO — Les retards dans l’approvisionnement de vaccins au Canada signifient que l’Ontario n’atteindra pas son objectif d’administrer d’ici vendredi une première dose à tous les résidents des foyers de soins de longue durée. 

Cet objectif est maintenant fixé au 10 février, cinq jours plus tard, pour tous les résidents de foyers de soins de longue durée, de maisons de retraite à risque élevé et d’établissements de soins pour personnes âgées autochtones.  

Il s’agit du dernier changement apporté aux objectifs de déploiement des vaccins du gouvernement ontarien, en raison de l’instabilité de l’approvisionnement au Canada. Le gouvernement s’attend à recevoir environ 80 % moins de doses du vaccin Pfizer-BioNTech au cours des deux premières semaines de février, et environ 20 % de moins du vaccin Moderna cette semaine.

Le gouvernement prévoyait au départ d’administrer la première dose d’ici le 15 février à tous les résidents, mais aussi à tous les employés des foyers de soins de longue durée. Cet objectif a été revu la semaine dernière: la vaccination du personnel des soins de longue durée et des travailleurs de la santé essentiels a été suspendue afin que ces doses puissent aller aux résidents vulnérables des foyers de soins. C’est cette étape qu’on espérait compléter vendredi. 

Le gouvernement a par ailleurs annoncé mardi que les vaccins qui seront livrés dans les semaines à venir seront réservés pour administrer la deuxième dose à ceux qui ont reçu la première. Ces doses doivent être administrées dans une fenêtre de 42 jours, recommandée pour une immunisation maximale.

Les autorités ontariennes s’attendent à ce que les expéditions de Pfizer reviennent presque aux niveaux attendus naguère à compter du 15 février, avec plus de 285 000 doses livrées sur deux semaines.

Jusqu’ici, 344 615 doses d’un des deux vaccins ont été administrées en Ontario, dont plus de 134 000 aux travailleurs de la santé et plus de 59 000 aux résidents des établissements de soins de longue durée. La province a administré 2715 doses de vaccins depuis la dernière mise à jour quotidienne.

Un problème de «migration de données» 

L’Ontario signalait mardi 745 nouveaux cas de COVID-19, mais ce bilan est faussé, à la baisse, par un problème de transfert de données en provenance de Toronto, prévient le gouvernement. 

Ce bilan de nouveaux cas n’inclut pas les données de Toronto, une région sanitaire qui migre actuellement ses données vers le système provincial. Le ministère de la Santé prévoit d’ailleurs des fluctuations dans le nombre de cas au cours des prochains jours, à mesure que les bases de données seront reliées.

Le ministère affirme également que le nombre de cas pour d’autres unités de santé publique pourrait avoir été affecté par ces problèmes de migration de données.

Des 745 nouveaux cas recensés mardi, 334 ont été signalés dans la région de Peel, 124 dans la région de York et 65 dans la région de Niagara. L’Ontario signale 14 nouveaux décès liés au virus et 2297 cas résolus.

Le gouvernement indique par ailleurs qu’on a recensé jusqu’ici en Ontario 109 cas du variant d’abord apparu au Royaume-Uni et un cas du variant d’abord observé en Afrique du Sud.

Toilettage permis ?

Par ailleurs, plusieurs municipalités demandent au gouvernement de clarifier les règles concernant les services de toilettage pour animaux de compagnie, estimant que les restrictions actuelles ne permettent pas de déterminer clairement si ces entreprises peuvent fonctionner.

Selon le ministère de la Santé, les entreprises de toilettage d’animaux ont été fermées lors du reconfinement provincial le 26 décembre, mais certains services sont autorisés s’ils sont nécessaires pour la santé et le bien-être d’un animal. Un vétérinaire peut fournir de tels services, a déclaré le ministère.

Laisser un commentaire