L’Ontario signalait jeudi 994 nouveaux cas, 10 décès et 30 409 doses de vaccin

TORONTO — L’Ontario signalait jeudi 994 nouveaux cas de COVID-19 et 10 autres décès liés au virus.

Du millier de nouveaux cas, 298 étaient recensés à Toronto, 171 dans sa banlieue de Peel et 64 dans celle de York. L’Ontario signalait également que 1072 autres cas étaient résolus.

Plus de 65 600 tests ont été effectués depuis la dernière mise à jour quotidienne. L’Ontario affirme que 30 409 doses de vaccin ont été administrées depuis le rapport de mercredi, pour un bilan total de 784 828 doses jusqu’ici.

Depuis le début de la pandémie, l’Ontario a enregistré 304 757 cas confirmés du coronavirus, dont 287 424 ont été résolus et 7024 ont entraîné la mort.

Par ailleurs, le gouvernement a accueilli favorablement, jeudi, l’avis du Comité consultatif national de l’immunisation, qui a conclu que l’intervalle entre les deux doses des vaccins Pfizer et Moderna pouvait être prolongé à quatre mois.

Un porte-parole de la ministre de la Santé de l’Ontario a déclaré que cette mesure permettra à la province d’accélérer son opération vaccination et de protéger davantage de personnes plus rapidement. L’Ontario met à jour actuellement son plan de déploiement en fonction notamment des informations sur les doses d’un troisième vaccin, l’Oxford-AstraZeneca, qui arrive au Canada cette semaine. 

De l’aide pour les municipalités

D’autre part, les municipalités ont appris jeudi qu’elles recevront 500 millions $ supplémentaires pour les aider à faire face aux coûts liés à la pandémie. Le ministre des Affaires municipales, Steve Clark, a précisé que l’argent peut être utilisé pour payer les services à la communauté et les projets d’immobilisations en cours.

Le gouvernement affirme que ce nouveau financement s’ajoute à l’enveloppe de près de 1,4 milliard $ reçue du gouvernement fédéral et versée aux collectivités plus tôt dans la pandémie. Le ministre Clark a indiqué que le nouveau financement sera réparti entre 444 municipalités de la province.

En vertu de la loi, les municipalités de l’Ontario ne sont pas autorisées à afficher des déficits annuels. Elles ont donc mis à pied des milliers d’employés et envisagé de réduire considérablement les services pour faire face aux coûts liés à la pandémie.

Les maires ont prévenu que sans l’aide financière continue des gouvernements fédéral et provincial, ils seraient obligés d’augmenter les taxes foncières.

Laisser un commentaire