L’ONU préoccupée par les pardons accordés par Trump à trois militaires

GENÈVE, Suisse — Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations unies se dit «très préoccupé» par l’exonération de trois soldats américains accusés de crimes de guerre par le président des États-Unis, Donald Trump, qualifiant l’un des pardons en particulier de «particulièrement troublant».

Le porte-parole du bureau, Rupert Colville, a déclaré mardi que les mesures vont à l’encontre de l’esprit du droit international, qui appelle à la prise de responsabilité pour de telles violations. Selon lui, le geste envoie un «signal inquiétant» aux forces militaires du monde entier.

L’un des pardons annoncés a été attribué vendredi au major Mathew Golsteyn, un ancien béret vert accusé d’avoir tué un fabricant de bombes en Afghanistan en 2010. Mathew Golsteyn pensait que cet homme était une cible légale et qu’il était responsable d’une explosion ayant tué deux Marines américains.

M. Colville a qualifié ce pardon de «particulièrement troublant» parce qu’il met fin aux procédures judiciaires. Mathew Golsteyn devait être jugé par une cour martiale en février.