L’opposition néo-démocrate en Alberta veut un débat public sur les puits abandonnés

EDMONTON — L’opposition néo-démocrate en Alberta réclame des consultations publiques sur le projet du gouvernement de subventionner les sociétés pétrolières et gazières pour qu’elles remplissent leurs engagements juridiques de nettoyer les anciens puits de forage — alors qu’un fervent partisan de ce projet travaille depuis des mois au cabinet de la première ministre Danielle Smith.

«Le renard est entré dans le poulailler», a déclaré la critique néo-démocrate en matière d’énergie, Kathleen Ganley.

Elle croit que le gouvernement conservateur a déjà fait son lit et décidé de mettre en place le programme «RStar», malgré les critiques d’un large éventail d’experts, de municipalités rurales et d’analystes au sein même du gouvernement. La députée Ganley demande des consultations publiques.

Dans le cadre de «RStar», les entreprises obtiendraient de précieux crédits pour l’assainissement d’anciens puits, même si l’obligation de nettoyer un puits était déjà prévue dans le permis de forage. Ce crédit pourrait être vendu ou appliqué aux revenus tirés de la nouvelle production, afin de réduire les redevances versées à la province.

Au ministère de l’Énergie, le porte-parole Scott Johnston a confirmé que le «RStar» représentait toujours l’une des options pour un programme pilote incitatif de remise en état des puits abandonnés. Il a indiqué dans un courriel que la réflexion se poursuivra au cours des prochaines semaines et qu’une fois ce travail terminé, «le ministère consultera les principaux intervenants pour déterminer les prochaines étapes».

Les promoteurs de ce programme soutiennent que «RStar» ou un équivalent encouragerait de nouveaux forages, aiderait à nettoyer les 170 000 puits abandonnés en Alberta et créerait des emplois. 

Dans une lettre écrite par Mme Smith alors qu’elle était lobbyiste d’affaires, il y a moins d’un an, elle cite un consultant qui soutient que 20 milliards $ en crédits RStar créeraient 366 000 emplois et 8,5 milliards $ en redevances.

Les critiques, y compris des fonctionnaires du ministère de l’Énergie, ont déclaré que «RStar» subventionnerait le travail que presque toutes les entreprises font de toute façon en vertu des conditions juridiques de leur permis de forage. Ils estiment que dans le contexte actuel de prix élevés du pétrole, le gouvernement ne devrait pas offrir cette subvention, qui pourrait coûter à l’Alberta 5 milliards $ en redevances perdues.

L’idée a toutefois été moussée pendant des années par des groupes tels que le Sustainable Alberta Energy Network, anciennement dirigé par Kris Kinnear, qui travaille maintenant au cabinet de la première ministre Smith à Calgary, en tant que gestionnaire de projets spéciaux. Son profil LinkedIn indique qu’il est là depuis octobre.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.