L’opposition péquiste et des groupes craignent la disparition d’Accès-Logis

MONTRÉAL – L’opposition officielle à Québec et des groupes communautaires craignent de voir disparaître le programme Accès-Logis, qui permet à des femmes, des jeunes, des démunis de trouver un logement décent.

Déjà, le nombre d’unités financées par ce programme est passé de 3000 à 1500 lors du dernier budget du Québec. Et l’opposition péquiste craint que la fin approche.

Le chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, et la députée d’Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, responsable du dossier de l’habitation, ont rencontré la presse lundi à Montréal aux côtés de groupes concernés.

Accès-Logis permet de financer la réalisation de logements sociaux en se portant acquéreur d’immeubles.

La réalisation de 6000 unités de logements a déjà été approuvée dans le passé, mais le processus est bloqué ou ralenti pour diverses raisons — ce qui fait craindre pour les autres 1500 unités qui doivent être développées.

Mme Poirier fait état de délais d’approbation, d’abolition de subventions, bref d’embûches qui lui font croire qu’on pourrait assister bientôt à la fin du programme Accès-Logis.

«Dans la tournée (que j’ai faite), tous les signaux qui ont été donnés aux groupes n’étaient pas au sujet de la reconduction du programme Accès-Logis — de là la crainte de l’abolition du programme. Toutes les conditions qui étaient autour, pour favoriser le programme Accès-Logis, elles ont toutes été abolies. Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage», a conclu Mme Poirier.

M. Péladeau reproche au gouvernement libéral de continuer avec les compressions budgétaires même si le budget est censé être désormais équilibré.

«Nous sommes ici pour illustrer tristement le régime d’austérité dans lequel nous a plongés le gouvernement de Philippe Couillard depuis qu’il a été élu, a dit M. Péladeau. Depuis qu’il a été élu, il coupe partout, il coupe en éducation, il coupe dans les CPE (Centres de la petite enfance), il coupe pour toutes les aides nécessaires pour les femmes, les aînés. Et aujourd’hui, nous sommes ici pour constater encore une fois que là, on s’attaque à la politique de lutte contre la pauvreté, on s’attaque aux mesures pour faire en sorte de diminuer l’itinérance.»

En fait, dans le budget déposé en mars 2015, Québec avait annoncé que le nombre d’unités de logement financées dans le cadre d’Accès-Logis passerait de 3000 à 1500 — ce à quoi il consacrait une somme de 126 millions $.

Mais en même temps, il avait aussi annoncé le versement de 123 millions $ en Suppléments au loyer. Il s’agit là de sommes qui sont versées pour que des locataires à faible revenu puissent ainsi avoir accès à des logements auxquels ils ne pourraient avoir accès autrement, mais dans le marché privé.