L’ouragan Dorian passe en catégorie 4 et s’approche des Bahamas et de la Floride

MIAMI — L’ouragan Dorian a provoqué samedi la fermeture de la plupart des complexes hôteliers des Bahamas et convaincu les autorités à évacuer la population d’une grande partie du littoral nord et des terres basses de l’île.

L’ouragan de catégorie 4 doit déverser de fortes pluies sur son passage, mais on s’attend qu’elle s’éloigne la semaine prochaine des régions côtières du sud-est américain.

Selon les météorologues, Dorian et ses vents pouvant atteindre 240 km/heure frapperont dimanche le nord-ouest des Bahamas avant de se diriger vers le nord.

Sa trajectoire pourrait lui permettre d’éviter de frapper de plein fouet les États-Unis, mais Dorian menace toujours de causer des dégâts importants à la Floride, à la Géorgie et aux Caroline.

Aux Bahamas, les quelques touristes encore sur place ont été évacués vers des écoles, des églises et d’autres immeubles par mesure de précaution.

«Ma maison est toute placardée et je me prépare à m’en aller d’ici quelques minutes. On ne court aucun risque, a raconté Margaret Bassett, une pilote de traversier. Quand [les autorités] nous disent d’évacuer, on évacue. C’est dans notre plus grand intérêt.»

Au cours de deux ou trois prochains jours, l’ouragan pourrait déverser jusqu’à un mètre d’eau sur son passage, tout en libérant des vents puissants et en provoquant une forte onde de tempête, selon un météorologue du secteur privé, Ryan Maue.

Le premier ministre des Bahamas, Hubert Minnis, s’est adressé brièvement à la population par l’entremise de la télévision. «L’ouragan Dorian est une dangereuse tempête très dévastatrice qui s’approche de nos îles», l’a-t-il prévenue.

État d’urgence

Les météorologues s’attendent que Dorian flirte mardi et mercredi avec le littoral du sud-est américain en se tenant légèrement à l’écart de la Floride et de la Géorgie, avant de contourner jeudi la Caroline du Sud et la Caroline du Nord.

Le gouverneur de la Caroline du Sud, Henry McMaster a déclaré samedi l’état d’urgence afin de mobiliser les ressources de son État au cas où l’ouragan pénétrait à l’intérieur des terres.

Le président Donald Trump a déclaré l’état d’urgence en Floride et autorisé l’agence de gestion des situations d’urgence (FEMA) à coordonner les efforts de secours en cas de catastrophe.

Le Centre national des ouragans a laissé savoir que Dorian pourrait toujours frapper la Floride, même si son changement de direction vers le nord est considérable.

Carmen Segura, une résidante de Miami, a installé des volets anti-tempête chez elle, acheté de l’essence supplémentaire et constitué des réserves d’eau et de nourriture pour au moins trois jours. Elle croit être bien préparée au pire, même si les plus récentes prévisions météorologiques l’ont apaisée un peu.

«Une partie de moi pense: et maintenant, quoi ?», a-t-elle dit.

Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a prévenu la population de ne pas abandonner sa vigilance.

«Si on examine ces prévisions, la moindre déviation peut avoir des répercussions importantes. Si l’ouragan s’éloigne vers l’est, c’est évidemment une bonne nouvelle. S’il revient vers l’ouest, on doit alors s’attendre à des conséquences vraiment, vraiment importantes», a-t-il commenté.

Les compagnies aériennes ont commencé à permettre à leurs clients de changer sans frais leur réservation. Les compagnies de croisières ont entrepris de détourner leur navire. Disney World et d’autres complexes touristiques de la région d’Orlando demeurent sous la menace de Dorian, mais n’ont pas encore annoncé qu’ils fermeraient leurs portes. Les autorités floridiennes n’ont encore ordonné aucune évacuation de masse.