Déportation de Lucy Granados vendredi: la police de Laval est postée

LAVAL, Qc — Une quinzaine d’agents du Service de police de Laval (SPL) ont pris position en milieu de nuit vendredi devant l’immeuble abritant le Centre de prévention de l’immigration de Laval, dans le quartier Saint-François, où a lieu un sit-in en soutien à Lucy Francineth Granados, une femme qui doit être expulsée du Canada plus tard en journée.

La Cour fédérale a refusé jeudi à Mme Granados un sursis au renvoi. La résidente sans-papiers de Montréal devrait donc être déportée dans son pays d’origine, le Guatemala.

La sergente Geneviève Major, du SPL, confirme que l’expulsion peut avoir lieu à tout moment.

Elle rapporte que la manifestation est silencieuse et pacifique et qu’elle n’avait donné lieu au cours des premières heures à aucun incident. Cependant, elle fait remarquer que des manifestants sont masqués, ce qui rend les policiers encore plus vigilants.

L’unité de contrôle de foule de la police de Laval n’a pas encore été appelée à intervenir.

Lucy Francineth Granados, qui a 42 ans, est une mère célibataire de trois enfants qui vit à Montréal depuis neuf ans. Le sursis était réclamé à la Cour fédérale dans l’attente d’une décision sur une demande de résidence permanente pour raison humanitaire.

Elle plaide qu’elle a dû fuir le Guatemala après avoir été menacée par un gang criminel. Depuis son arrivée au Canada en 2009, elle agit comme soutien financier pour ses enfants et sa famille restés en Amérique centrale.

 

Les plus populaires