L’Ukraine accuse la Russie de «semer la mort» après la découverte fosses communes

IZIUM, Ukraine — Les autorités ukrainiennes devaient commencer, vendredi, à récupérer les corps découverts dans ce qui a été décrit comme une fosse commune dans une forêt reprise aux envahisseurs russes. Le président Volodymyr Zelensky parlé d’une tâche délicate qui révèle au monde les horreurs de l’occupation russe.

D’après les autorités ukrainiennes, la fosse contiendrait des centaines de sépultures anonymes. Elle se trouve à proximité d’Izioum et a été découverte à la suite d’une brève contre-attaque des forces ukrainiennes ayant permis de libérer la ville ainsi que d’autres secteurs de la région de Kharkiv.

Afin d’aider les forces ukrainiennes à poursuivre leur contre-offensive, les États-Unis ont dévoilé jeudi une nouvelle aide militaire de 600 millions $ US, incluant des armes.

Des reporters de l’Associated Press ayant pu visiter le site de la fosse commune, jeudi, ont pu dénombrer des centaines de sépultures anonymes identifiées par de simples croix de bois disséminées à travers les arbres. La plupart des croix étaient numérotées jusqu’à plus de 400.

Ils ont aussi pu constater la présence d’au moins une fosse contenant les corps de 17 soldats ukrainiens selon un marqueur identifiant l’endroit.

Dans son discours du soir, jeudi, le président Zelensky a prévenu que «plus d’informations — claires, vérifiables» seraient disponibles vendredi.

«Nous voulons que le monde sache ce qui se passe réellement ici et ce à quoi mène l’occupation russe», a-t-il ajouté.

M. Zelensky a également évoqué d’autres villes ukrainiennes où les autorités disent avoir découvert des fosses communes laissées derrière par les soldats russes en retraite, où seraient enterrés des civils, et qui contiendraient des preuves de crimes de guerre.

«Boutcha, Marioupol et maintenant, malheureusement, Izioum, a énuméré le président ukrainien. La Russie sème la mort partout. Elle doit en être tenue responsable.»

Avant de procéder à l’exhumation des corps, des vérifications devaient d’abord être menées par des enquêteurs afin de repérer la présence de possibles engins explosifs.

La fosse contenant des corps de soldats pourrait en renfermer plus de 17, a précisé l’un des responsables du gouvernement ukrainien chargé de la réintégration des territoires récupérés aux forces russes.

Selon Oleg Kotenko, le décompte officiel n’a pas été effectué, mais il dit croire «qu’il y en a plus de 25 ou même 30» selon une estimation basée sur des vidéos publiées sur les réseaux sociaux par des soldats russes.

Un citoyen d’Izioum, Sergueï Gorodko, a déclaré que parmi les centaines de personnes enterrées dans la forêt se trouvaient des dizaines d’adultes et d’enfants tués dans l’attaque aérienne d’un immeuble à logements.

Il a confié avoir lui-même sorti des corps des décombres «avec (ses) propres mains».

Un enquêteur principal des forces policières de l’est de la région de Kharkiv, Sergueï Bolvinov, a déclaré à la chaîne de télévision britannique Sky News qu’une fosse contenant plus 440 cadavres avait été découverte à proximité d’Izioum après la retraite des forces russes.

Il a décrit l’endroit comme «l’une des plus grandes fosses communes de toutes les villes libérées» du pays. Certaines des victimes auraient été abattues par arme à feu, d’autres tuées par des tirs d’artillerie, des mines ou des frappes aériennes.

Le sous-ministre ukrainien de l’Intérieur, Yevhen Enin, a déclaré jeudi que d’autres preuves de crimes de guerre ont été découvertes à la suite de la reconquête de territoires, dont de nombreuses «chambres à torture», où des Ukrainiens et des étrangers auraient été détenus dans des conditions inhumaines.

«Nous avons déjà exhumé des corps présentant non seulement des marques de violence, mais aussi de torture», a-t-il affirmé dans une entrevue accordée à une station radiophonique ukrainienne. Des gens auraient notamment eu les oreilles arrachées.

L’armée russe a déserté Izioum et d’autres secteurs de la région de Kharkiv la semaine dernière en pleine contre-offensive éclair des forces ukrainiennes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.