L’Ukraine attaque un dépôt d’armes russe

KYIV, Ukraine — Les autorités ukrainiennes ont annoncé mardi que leurs forces avaient ciblé un dépôt de munitions russe dans le sud de l’Ukraine pendant la nuit, entraînant une explosion massive capturée sur les réseaux sociaux.

Le commandement sud de l’armée ukrainienne a indiqué qu’une frappe à la roquette avait ciblé le dépôt de Nova Kakhovka, sous contrôle russe, à environ 55 kilomètres à l’est de la ville portuaire de Kherson sur la mer Noire, également occupée par les forces russes.

La précision de la frappe porte à croire que les forces ukrainiennes ont utilisé des systèmes de roquettes d’artillerie à haute mobilité à lancement multiple, ou HIMARS, fournis par les États-Unis. L’Ukraine a indiqué ces derniers jours qu’elle pourrait lancer une contre-offensive pour récupérer du territoire dans le sud du pays alors que la Russie consacre des ressources à la capture de toute la région orientale du Donbass.

L’agence de presse russe Tass a présenté un récit différent de l’explosion à Nova Kakhovka, affirmant qu’une installation de stockage d’engrais minéraux avait explosé et qu’un marché, un hôpital et des maisons avaient été endommagés. Certains des ingrédients des engrais peuvent être utilisés pour les munitions.

Une photo satellitaire prise mardi et analysée par l’Associated Press montre des dommages importants. Un cratère massif se dressait précisément là où se trouvait autrefois une grande structure semblable à un entrepôt.

L’Ukraine possède désormais huit systèmes HIMARS, un lanceur de missiles monté sur camion de haute précision, et Washington a promis d’en envoyer quatre autres.

Ailleurs en Ukraine, les bombardements russes au cours des dernières 24 heures ont tué au moins 16 civils et en ont blessé 48 autres, a indiqué le bureau présidentiel ukrainien dans sa mise à jour de mardi matin. Des villes et villages de cinq régions du sud-est ont essuyé des tirs russes, a indiqué le bureau.

Neuf civils ont été tués et deux autres blessés dans la province de Donetsk, qui représente la moitié du Donbass. Des tirs de roquettes russes ont visé les villes de Sloviansk et de Toretsk, où un jardin d’enfants a été touché, a indiqué le bureau présidentiel.

L’armée britannique a révélé mardi que la Russie continuait de faire de «petits gains progressifs» à Donetsk, où de violents combats ont conduit le gouverneur de la province la semaine dernière à exhorter ses 350 000 habitants restants à se déplacer vers des endroits plus sûrs dans l’ouest de l’Ukraine.

Pourtant, de nombreux habitants du Donbass, une région industrielle fertile de l’est de l’Ukraine composée des provinces de Donetsk et de Louhansk, refusent ― ou sont incapables ― de fuir, malgré le fait que des dizaines de civils sont tués et blessés chaque semaine.

Le nombre de morts dans une attaque à la roquette russe qui a frappé samedi un immeuble dans la province de Donetsk est passé à 34. Le chef de l’administration militaire régionale de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, a fait cette annonce sur les réseaux sociaux, affirmant que neuf blessés avaient été secourus du bâtiment de Chasiv Yar.

À Kharkiv, la deuxième plus grande ville d’Ukraine, et sa région environnante, des frappes russes ont touché des immeubles résidentiels, tuant quatre civils et en blessant neuf, ont déclaré des responsables ukrainiens.

«Les Russes poursuivent leurs tactiques d’intimidation de la population pacifique de la région de Kharkiv», a écrit mardi le gouverneur de Kharkiv, Oleh Syniehubov, sur l’application de messagerie Telegram.

Les autorités ukrainiennes ont également déclaré que des tirs russes avaient frappé la ville méridionale de Mykolaïv mardi matin, touchant des bâtiments résidentiels. Douze personnes ont été blessées à la suite du bombardement russe, certaines des roquettes ayant touché deux installations médicales, a déclaré le gouverneur régional Vitaliy Kim sur Telegram.

Des sirènes de raid aérien ont retenti mardi dans la ville occidentale de Lviv – les premières sirènes diurnes depuis plus d’une semaine – et dans d’autres régions de l’Ukraine alors que les forces russes continuaient à progresser.

Dans l’est de Louhansk, «les combats se poursuivent près des villages» à la frontière administrative avec le Donetsk voisin, a précisé mardi le gouverneur de Lougansk, Serhiy Haidai, à l’Associated Press.

«L’armée russe brûle tout sur son passage. Le barrage d’artillerie ne s’arrête pas et continue parfois pendant quatre à six heures», a dit M. Haidai.

Le briefing du ministère britannique de la Défense a indiqué que la Russie s’était emparée de la ville ukrainienne de Hryhorivka et continuait de progresser vers les villes de la province de Donetsk, Kramatorsk et Sloviansk.

«Les forces russes maintiennent probablement la pression militaire sur les forces ukrainiennes tout en se regroupant et en se reconstituant pour de nouvelles offensives dans un avenir proche», indique le briefing du renseignement.

Cependant, la Russie pourrait s’appuyer davantage sur des sous-traitants militaires privés, comme le groupe Wagner, pour éviter une mobilisation générale, a déclaré le ministère britannique. Les responsables occidentaux ont accusé Wagner d’utiliser des mercenaires pour combattre en Afrique et ailleurs.

Dans d’autres développements :

— Le Kremlin a révélé que le président russe Vladimir Poutine se rendrait en Iran la semaine prochaine. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que M. Poutine se rendrait à Téhéran mardi prochain pour assister à une réunion trilatérale avec les dirigeants iranien et turc, un format pour les pourparlers liés à la Syrie. Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a indiqué lundi aux journalistes que la Russie recherchait des centaines de drones de surveillance en provenance d’Iran, y compris des drones capables d’armes, pour une utilisation en Ukraine.

– Des représentants militaires russes et turcs prévoient de se rencontrer mercredi à Istanbul pour discuter du transport de céréales ukrainiennes à travers la mer Noire, a dit un responsable du ministère russe des Affaires étrangères. Piotr Ilyichyov, le chef du département des organisations internationales du ministère, a déclaré à l’agence de presse russe Interfax que «des représentants de l’Ukraine, ainsi que des (fonctionnaires) de l’ONU dans le rôle d’observateurs» devraient également participer aux pourparlers. M. Ilyichyov a réitéré que Moscou était prête «à aider à assurer la navigation des navires commerciaux étrangers pour l’exportation de céréales ukrainiennes».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.