L’Ukraine aurait repris environ 400 kilomètres carrés de territoire

KYIV, Ukraine — Les forces ukrainiennes dans la région du nord-est de Kharkiv ont repris des parties du territoire sous contrôle russe alors qu’une contre-offensive ukrainienne dans le sud a épuisé certaines des ressources de Moscou dans la région, selon un rapport publié mercredi.

Les forces ukrainiennes dans la région de Kharkiv «exploitent probablement la réaffectation des forces russes» vers des zones proches de la ville occupée de Kherson dans le sud «pour mener une contre-offensive opportuniste, mais très efficace» dans la province, a dit un groupe de réflexion basé à Washington, l’Institut pour l’étude de la guerre.

Les forces ukrainiennes ont probablement utilisé la «surprise tactique» pour avancer d’au moins 20 kilomètres dans le territoire sous contrôle russe dans la région de Kharkiv mercredi, reprenant environ 400 kilomètres carrés de terrain, selon le rapport.

Vitaly Ganchev, le maire soutenu par Moscou de la ville de Kupiansk, dans une zone occupée par la Russie dans la région de Kharkiv, a déclaré jeudi que les autorités avaient commencé à évacuer les femmes et les enfants de la ville et des zones voisines en raison des bombardements ukrainiens incessants.

Dans son discours vidéo nocturne de mercredi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a également fait état de succès dans la région de Kharkiv, mais n’a pas fourni de détails sur leur ampleur.

«Cette semaine, nous avons de bonnes nouvelles de la région de Kharkiv. Vous avez probablement déjà vu des rapports sur l’activité des défenseurs ukrainiens, et je pense que chaque citoyen est fier de nos guerriers », a déclaré M. Zelensky.

Les gains sont survenus alors que l’Ukraine continuait de monter une contre-offensive dans la région sud de Kherson, où l’armée ukrainienne tente de reprendre du territoire aux Russes et a revendiqué la reprise d’un nombre indéterminé de villes.

Les opérations en cours de l’Ukraine près de Kherson ont forcé les forces russes à se concentrer sur le sud, selon le rapport de l’Institut pour l’étude de la guerre, permettant aux forces ukrainiennes de lancer des contre-attaques localisées, mais très efficaces, près de Kharkiv, la deuxième plus grande ville d’Ukraine.

Le conseiller présidentiel de M. Zelensky, Oleksiy Arestovych, a également parlé des gains ukrainiens près de Kharkiv mercredi soir, affirmant qu’ils aideraient à perturber l’approvisionnement des forces russes dans la région et pourraient conduire à leur encerclement.

Les villes de Nikopol et Marhanets, qui font face à la centrale nucléaire de Zaporijjia de l’autre côté du Dniepr, ont subi des bombardements russes pendant la nuit qui ont endommagé des immeubles d’appartements, une école, des installations industrielles et des lignes électriques, a déclaré Valentyn Reznichenko, le gouverneur de la province de Dnipropetrovsk.ons industrielles et des lignes électriques, a déclaré Valentyn Reznichenko, le gouverneur de la province de Dnipropetrovsk.

«La menace nucléaire ne diminue pas à cause des actions folles de la Russie et nous devons envisager tous les scénarios possibles, y compris le pire», a déclaré M. Reznichenko dans des propos télévisés.

Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de l’ONU, Rafael Grossi, a averti que «quelque chose de très, très catastrophique pourrait avoir lieu» à la centrale de Zaporijjia. Il a exhorté la Russie et l’Ukraine à établir une «zone de protection et de protection de la sécurité nucléaire» autour de la centrale.

La crainte est que les combats ne déclenchent une catastrophe de l’ampleur de la catastrophe de Tchornobyl en Ukraine en 1986.

La vice-première ministre ukrainienne Iryna Vereshchuk a exhorté les habitants des zones occupées par la Russie près de la centrale électrique à évacuer, ajoutant que les autorités ukrainiennes ont demandé aux Russes à mettre en place des couloirs humanitaires pour évacuer les résidents locaux, mais n’ont reçu aucune réponse.

« Les Russes continuent de faire chanter les Ukrainiens et le monde entier, a lancé Mme Vereshchuk. L’État russe se livre au terrorisme nucléaire, créant le premier précédent de ce genre dans l’histoire de l’humanité.»

La société ukrainienne Enerhoatom, qui supervise les centrales nucléaires du pays, a déclaré que les travailleurs de la centrale de Zaporijia poursuivaient jeudi les travaux de réparation pour restaurer au moins l’une des sept lignes électriques de la centrale, qui a continué de fonctionner avec un seul des six réacteurs en fonctionnement pour alimenter le système de refroidissement du système.

Le chef d’Enerhoatom, Petro Kotin, a déclaré que les propositions de l’AIEA visant à améliorer la sécurité de la centrale ne peuvent être mises en œuvre que si les troupes russes partent et sont remplacées par un contingent de maintien de la paix.

DANS D’AUTRES DÉVELOPPEMENTS :

– Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exprimé son accord jeudi avec la plainte du président russe Vladimir Poutine selon laquelle la plupart des céréales exportées des ports rouverts de l’Ukraine sont allées vers des régions plus riches du monde. M. Poutine a déclaré cette semaine que pratiquement tout le grain exporté d’Ukraine dans le cadre d’un accord négocié par Ankara et les Nations Unies, et qui a levé le blocus de la Russie sur les ports ukrainiens, était allé aux pays de l’Union européenne au lieu des pays les plus pauvres. S’exprimant à Zagreb, en Croatie, le dernier jour de sa tournée de trois jours dans les Balkans, M. Erdogan a déclaré que la Turquie souhaitait que le grain «soit livré aux pays vraiment pauvres», et a exhorté l’expédition de nourriture et d’engrais depuis la Russie à commencer bientôt.

– La Norvège a annoncé jeudi qu’elle ferait don d’environ 160 missiles Hellfire à l’Ukraine ainsi que de rampes de lancement et d’unités de guidage. Lors d’une réunion en Allemagne, le ministre norvégien de la Défense, Bjørn Arild Gram, a déclaré que son pays fournirait également à l’Ukraine du matériel de vision nocturne, ajoutant que Kyiv avait demandé les armes.

– Le chef de l’armée ukrainienne, le général Valerii Zaluzhnyy, a reconnu dans un article publié mercredi que les explosions et les incendies sur des bases aériennes dans la péninsule de Crimée annexée par la Russie le mois dernier ont été causés par une «série réussie de tirs de roquettes sur des bases aériennes de Crimée». Il s’agissait de la première reconnaissance officielle de la responsabilité des attentats par les autorités ukrainiennes. M. Zaluzhnyy n’a donné aucun détail sur les attaques.

– Le bureau présidentiel ukrainien a déclaré qu’au moins 10 personnes avaient été tuées et 15 autres blessées par des bombardements russes au cours des dernières 24 heures.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.