Une attaque a fait 22 morts le Jour de l’indépendance en Ukraine, dit Zelensky

KYIV, Ukraine — Le président ukrainien a déclaré que les forces russes avaient lancé une attaque à la roquette contre une gare ferroviaire du centre de l’Ukraine, mercredi, jour de l’indépendance du pays, tuant 22 personnes.

La frappe mortelle est intervenue à Chaplyne, une ville d’environ 3500 personnes dans la région centrale de Dnipropetrovsk, après les avertissements du président Volodymyr Zelensky selon lesquels les Russes pourraient «essayer de faire quelque chose de particulièrement cruel» cette semaine.

À un certain moment, le président Zelensky avait établi le nombre de blessés à environ 50. Un responsable à son bureau a affirmé plus tard que 22 personnes avaient été blessées dans l’attaque qui aurait frappé cinq wagons de passagers.

Les habitants de Kyiv s’étaient réveillés mercredi au son des sirènes de bombardements aériens alors que l’invasion militaire russe en Ukraine se déroule depuis exactement six mois.

Au fil de la journée, des bombardements russes ont été signalés dans l’est, le sud et l’ouest du pays, mais les attaques ne semblaient pas plus violentes que d’habitude.

En ce jour d’indépendance de l’Ukraine, qui marque le divorce du pays avec l’URSS en 1991, des dirigeants d’un peu partout dans le monde ont réitéré leur soutien au peuple ukrainien.

Le premier ministre britannique sortant Boris Johnson a visité Kyiv — sa troisième fois depuis le début de la guerre — et d’autres dirigeants européens ont profité de l’occasion pour promettre un soutien indéfectible à l’Ukraine.

M. Johnson a exhorté les alliés occidentaux à se tenir aux côtés de l’Ukraine pendant l’hiver.

«Ce n’est pas le moment de présenter des propositions de négociation fragiles, a-t-il soutenu. Vous ne pouvez pas négocier avec un ours quand il vous mange la jambe ou avec un voleur de rue quand il vous cloue au sol.»

Pour leur part, les États-Unis ont annoncé un nouveau programme d’aide militaire majeur totalisant près de 3 milliards de dollars pour aider les forces ukrainiennes à se battre pour les années à venir.

Le président Joe Biden a indiqué que l’argent permettra à l’Ukraine d’acquérir des systèmes de défense aérienne et d’artillerie, ainsi que d’autres armes.

En Allemagne, le chancelier Olaf Scholz a réprimandé le Kremlin pour son «impérialisme rétrograde» et a déclaré que l’Ukraine «chassera l’ombre de la guerre parce qu’elle est forte et courageuse, parce qu’elle a des amis en Europe et dans le monde entier».

Entre festivités et peur

Les autorités de Kyiv ont interdit les rassemblements de masse jusqu’à jeudi, craignant que la fête nationale n’entraîne des attaques de missiles russes particulièrement importantes. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté le public à la vigilance.

«Les provocations russes et les frappes brutales sont une possibilité, a déclaré M. Zelensky dans un communiqué. Merci de respecter scrupuleusement les règles de sécurité. Veuillez respecter le couvre-feu. Portez attention aux sirènes aériennes. Portez attention aux annonces officielles. Et rappelez-vous: nous devons tous remporter la victoire ensemble.»

Néanmoins, une atmosphère festive régnait sur la place Maïdan de Kyiv alors que des milliers d’habitants posaient pour des photos à côté des chars russes incendiés exposés. Des chanteurs folkloriques se sont installés et de nombreux fêtards – ignorant les sirènes – se promenaient dans des robes et des chemises traditionnellement brodées.

Mais d’autres avaient peur.

«Je ne peux pas dormir la nuit à cause de ce que je vois et entends sur ce qui se fait en Ukraine», a dit une retraitée qui ne s’est identifiée que par son prénom, Tetyana, la voix tremblante d’émotion.

«Ce n’est pas une guerre. C’est la destruction du peuple ukrainien», a-t-elle déclaré.

Dans un message adressé au pays mercredi, le président Zelensky s’est réjoui du succès de l’Ukraine à repousser les forces de Moscou depuis l’invasion.

«Il y a six mois, la Russie nous a déclaré la guerre. Le 24 février, toute l’Ukraine a entendu des explosions et des coups de feu. (…) Le 24 février, on nous a dit: vous n’avez aucune chance. Le 24 août, nous disons : Joyeux Jour de l’Indépendance, Ukraine !», a-t-il déclaré.

Il s’est également adressé au Conseil de sécurité de l’ONU par vidéo sur les objections de la Russie et a déclaré que la «sécurité du monde entier» était en jeu dans la bataille de l’Ukraine contre «l’agression insensée» de Moscou.

Samedi, un attentat à la voiture piégée dans les environs de Moscou, qui a tué la fille de 29 ans d’un conseiller politique russe de droite, Alexandre Douguine, a renforcé les craintes que la Russie n’intensifie ses attaques contre l’Ukraine cette semaine.

Les responsables russes ont accusé l’Ukraine de la mort de Darya Dugina, une commentatrice nationaliste de la télévision russe. La voiture piégée a explosé après qu’elle ait assisté à un festival patriotique avec son père, qui était largement considéré comme la cible visée.

Le gouvernement ukrainien a nié toute implication dans cet événement.

Efforts pour épargner les civils

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné l’envoi de dizaines de milliers de soldats en Ukraine le 24 février. L’armée de Moscou a rencontré une résistance ukrainienne d’une force inattendue, et les six mois de combats ont bouleversé la vie en Ukraine et ont provoqué des ondes de choc dans l’économie mondiale.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, s’est exprimé mercredi lors d’une réunion des ministres de la Défense de l’Organisation de coopération de Shanghai, un groupe de sécurité dominé par la Russie et la Chine. Il a affirmé que la lenteur de l’action militaire de Moscou était due à ce qu’il a qualifié d’effort pour épargner les civils.

Les forces russes ont ciblé à plusieurs reprises des zones civiles dans les villes. Mais Sergueï Choïgou a déclaré que «des frappes avec des armes de précision sont menées contre l’infrastructure militaire des forces armées ukrainiennes. (…) Tout est fait pour éviter les pertes civiles. Sans aucun doute, cela ralentit le rythme de l’offensive, mais nous le faisons délibérément».

Il a également critiqué les États-Unis et ses alliés pour avoir envoyé une aide militaire à l’Ukraine, affirmant que cela prolongeait la guerre et augmenterait le nombre de victimes.

Au premier rang de l’offensive russe dans l’est de l’Ukraine, le conflit se poursuit. Les forces russes ont frappé plusieurs villes et villages de la province de Donetsk en 24 heures, tuant une personne, selon l’administration régionale. Un magasin de matériaux de construction dans la ville de Donetsk a été touché par un obus et a pris feu, a déclaré le maire. Aucun blessé n’a été signalé dans l’immédiat.

Dans la région de Dnipropetrovsk sur le front au sud, les forces russes ont de nouveau bombardé les villes de Nikopol et de Marhanets, endommageant plusieurs bâtiments et blessant deux personnes, selon le gouverneur Valentyn Reznichenko. Les troupes russes ont également bombardé la ville de Zaporizhzhia, endommageant plusieurs bâtiments et infrastructures, mais on ne rapporte aucune victime.

Aussi, des roquettes russes ont frappé des cibles non précisées dans la région de Khmelnytskyi, à environ 300 kilomètres à l’ouest de Kiev, a mentionné le gouverneur régional. Les attentats y sont peu fréquents.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.