L’Ukraine dément vouloir utiliser une «bombe sale» comme le prétend Moscou

KYIV, Ukraine — Les autorités ukrainiennes ont tenté d’apaiser les craintes du public concernant l’utilisation par la Russie de drones iraniens en revendiquant un succès croissant lundi en les abattant. Pendant ce temps, le discours du Kremlin sur une éventuelle attaque à la «bombe sale» a ajouté une autre dimension préoccupante au neuvième mois de la guerre.

Les Ukrainiens se préparent à des problèmes d’approvisionnement en électricité cet hiver à la suite de frappes russes soutenues sur leurs infrastructures ces dernières semaines. Les citoyens de la ville de Mykolaïv, dans le sud de l’Ukraine, ont fait la queue pour obtenir de l’eau et des fournitures essentielles lundi alors que les forces ukrainiennes avançaient vers la ville voisine de Kherson, occupée par la Russie.

Les forces ukrainiennes ont abattu plus des deux tiers des quelque 330 drones Shahed que la Russie a tirés samedi, a déclaré lundi le chef des services de renseignement ukrainiens, Kyrylo Budanov. Ce dernier a affirmé que l’armée russe avait commandé environ 1 700 drones de différents types et déploie un deuxième lot d’environ 300 Shahed.

La Russie et l’Iran nient que des drones de fabrication iranienne aient été utilisés, mais les Shahed-136 en forme de triangle se sont abattus sur des civils à Kyiv et ailleurs.

Le ministère britannique de la Défense estime que la Russie utiliserait probablement un grand nombre de drones pour tenter de pénétrer les « défenses aériennes ukrainiennes de plus en plus efficaces » pour remplacer les armes de précision à longue portée de fabrication russe « qui deviennent de plus en plus rares ».

Cette évaluation est venue s’ajouter à un avertissement sévère du ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, à ses homologues britannique, français, turc et américain au cours du week-end, selon lequel les forces ukrainiennes préparaient une «provocation» impliquant un engin radioactif — une soi-disant «bombe sale». 

La Grande-Bretagne, la France et les États-Unis ont rejeté cette affirmation comme « manifestement fausse ».

Une «bombe sale» utilise des explosifs pour disperser des déchets radioactifs dans le but de semer la terreur. De telles armes n’ont pas la destruction dévastatrice d’une explosion nucléaire, mais pourraient exposer de vastes zones à une contamination radioactive.

Le lieutenant-général Igor Kirillov, chef des forces de protection contre les radiations, les produits chimiques et biologiques de l’armée russe, a déclaré que les ressources militaires russes étaient très prêtes à faire face à une éventuelle contamination radioactive. Il a déclaré aux journalistes qu’un attentat à la «bombe sale» pourrait contaminer des milliers de kilomètres carrés.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré lundi : «Ce n’est pas un soupçon infondé, nous avons de sérieuses raisons de croire que de telles choses pourraient être planifiées».

L’Ukraine a rejeté les affirmations de Moscou comme une tentative de détourner l’attention de ses propres plans pour faire exploser une «bombe sale».

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a laissé entendre que Moscou préparait elle-même le terrain pour le déploiement d’un dispositif radioactif sur le sol ukrainien.

Le ministre des Affaires étrangères du pays, Dmytro Kuleba, a affirmé lundi qu’il avait exhorté l’organisme de surveillance nucléaire des Nations unies à envoyer immédiatement une équipe d’inspection dans le pays pour réfuter les affirmations de Moscou. L’Agence internationale de l’énergie atomique a répondu qu’elle préparait des visites dans les prochains jours.

Sur le champ de bataille lundi, les autorités ukrainiennes ont déclaré qu’au moins six civils avaient été tués et cinq autres blessés par les bombardements russes de plusieurs régions ukrainiennes au cours des dernières 24 heures, dont Mykolaïv — où des installations énergétiques étaient visées — et la ville de Bakhmut dans l’est de la région de Donetsk.

Plus tard dans la journée, l’armée ukrainienne a annoncé qu’elle avait « repoussé l’ennemi hors » de trois villages de la région orientale de Lougansk et d’un à Donetsk. Moscou n’a pas immédiatement commenté cette affirmation.

Les autorités russes ont soutenu que les troupes ukrainiennes avaient tiré des roquettes sur la principale centrale hydroélectrique de Kakhovka dans la région de Kherson. Un haut responsable de l’administration, installée par la Russie dans la région voisine de Zaporizhzhia, a déclaré que l’usine n’avait pas subi de dommages graves et continuait de fonctionner.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

L’objectif d’une bombe sale est de contaminer un territoire et sa population. Il n’y a aucune logistique militaire à contaminer son propre territoire et sa propre population. C’est comme se tirer dans le pied. Mais comme les territoires supposément visés par une telle improbabilité sont maintenant illusoirement territoire russe, la Russie peut prétendre qu’elle ne fait que son devoir saint en défendant la patrie. Tout comme le gouvernement américain a justifié son invasion de l’Irak en prétendant qu’elle avait en sa possession des armes de destruction massive et l’intention de s’en servir, cette propagande russe n’a pour objet que de convaincre la population de la Russie que l’invasion de l’Ukraine est légitime, nécessaire et urgente.

Répondre