L’Ukraine endommage un pont crucial au ravitaillement russe

KYIV, Ukraine — Les forces ukrainiennes ont attaqué et gravement endommagé un pont qui est essentiel pour l’approvisionnement des troupes russes dans le sud de l’Ukraine, a annoncé mercredi un responsable régional, alors que les bombardements russes ont tué des civils, dont un garçon de 13 ans, dans le nord-est du pays assiégé.

Kirill Stremousov, le chef adjoint de l’administration temporaire soutenue par Moscou pour la région de Kherson contrôlée par la Russie, a indiqué que l’armée ukrainienne avait frappé mercredi le pont Antonivskyi, qui traverse le Dniepr, avec des missiles, le touchant 11 fois.

Il a ajouté dans des propos tenus par l’agence de presse Interfax que le pont de 1,4 kilomètre avait subi de graves dommages, mais qu’il n’était pas fermé à la circulation. M. Stremousov a déclaré que les forces ukrainiennes avaient utilisé les lance-roquettes multiples HIMARS fournis par les États-Unis, ajoutant que certains d’entre eux avaient été interceptés par les défenses aériennes russes.

«Le pont n’a pas été fermé, le trafic le traverse toujours, mais la situation est grave», a dit M. Stremousov, selon Interfax.

Le pont est le principal passage sur le fleuve Dniepr dans la région de Kherson. L’éliminer rendrait difficile pour l’armée russe de continuer à approvisionner ses forces dans la région au milieu des attaques ukrainiennes répétées.

Le chef de l’administration de Kherson nommé par Moscou, Vladimir Saldo, a déclaré dans un message vidéo que les véhicules de tourisme étaient autorisés à continuer à traverser le pont, mais que la circulation des camions était interrompue pour permettre des réparations rapides. Il a noté que les camions pouvaient traverser la rivière en utilisant un barrage à environ 80 kilomètres de là.

Le bombardement du pont, mercredi, était le deuxième en autant de jours. Il avait été légèrement endommagé par des bombardements ukrainiens un jour plus tôt, selon les autorités soutenues par Moscou à Kherson.

Au début de la guerre, les troupes russes ont rapidement envahi la région de Kherson, tout juste au nord de la péninsule de Crimée que la Russie a annexée en 2014. Elles ont fait face à des contre-attaques ukrainiennes, mais ont largement tenu bon.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré dans une entrevue à la télévision publique RT et à l’agence de presse RIA Novosti publiée mercredi que la Russie avait élargi la portée de son «opération militaire spéciale» en Ukraine depuis les régions de Donetsk et de Lougansk soutenues par Moscou à l’est, aux régions de Kherson et de Zaporijjia et à d’autres territoires.

Il a noté que lorsque la Russie et l’Ukraine ont discuté en mars d’un éventuel accord pour mettre fin aux hostilités, «notre volonté d’accepter la proposition ukrainienne était basée sur la géographie de mars 2022».

«Maintenant, c’est une géographie différente», a-t-il précisé, tout en répétant les affirmations antérieures de Moscou selon lesquelles les États-Unis et le Royaume-Uni étaient intéressés par l’expansion des hostilités.

M. Lavrov a déclaré qu’«ils veulent en faire une véritable guerre et provoquer un affrontement entre la Russie et les pays européens».

Il a affirmé que les États-Unis empêchaient l’Ukraine d’engager des pourparlers sur un éventuel règlement avec la Russie.

«Ils les empêchent de prendre des mesures constructives et non seulement injectent des armes, mais les forcent à utiliser ces armes de manière de plus en plus risquée», a lancé M. Lavrov.

Pendant ce temps, signe de l’impact économique paralysant de la guerre sur l’Ukraine, une résolution de son gouvernement indique que le pays demandera aux investisseurs de lui permettre de reporter de deux ans le paiement de sa dette extérieure.

Les attaques ukrainiennes contre le pont de Kherson surviennent alors que le gros des forces russes est coincé dans les combats dans le Donbass, le cœur industriel de l’est de l’Ukraine, où elles ont réalisé des gains lents face à une résistance ukrainienne féroce.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a inspecté les troupes à l’est, leur ordonnant d’agir plus agressivement pour abattre les drones ukrainiens et empêcher l’armée ukrainienne de bombarder les zones prises par les forces russes.

L’avance terrestre de la Russie a ralenti, en partie parce que l’Ukraine utilise des armes américaines plus efficaces et en partie à cause de ce que le président russe Vladimir Poutine a appelé une «pause opérationnelle». La Russie se concentre davantage sur les bombardements aériens à l’aide de missiles à longue portée.

Les responsables ukrainiens ont exprimé l’espoir que Kyiv pourrait drainer les ressources militaires russes dans la lutte pour le Donbass, puis lancer une contre-offensive pour reprendre le contrôle de la région de Kherson et des parties de la région de Zaporijjia que les Russes ont saisies au début de la guerre.

Avec des indications que l’Ukraine prévoit des contre-attaques pour reprendre les zones occupées, l’armée russe a ciblé ces dernières semaines le port d’Odessa sur la mer Noire et des parties du sud de l’Ukraine où ses troupes ont capturé des villes plus tôt dans la guerre.

Kherson – site d’une importante industrie de construction navale au confluent du Dniepr et de la mer Noire près de la Crimée annexée par la Russie – est l’une des nombreuses régions qu’un porte-parole du gouvernement américain a déclaré que la Russie tentait d’annexer.

Après des mois de rumeurs locales et d’annonces concernant un référendum russe, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche, John Kirby, a déclaré mardi que les responsables du renseignement américain avaient amassé «amplement» de nouvelles preuves que la Russie envisageait officiellement d’annexer un territoire ukrainien supplémentaire et pourrait organiser dès septembre un vote bidon.

La Russie lorgne Kherson ainsi que l’ensemble des oblasts de Lougansk et de Donetsk.

«La Russie prépare le terrain pour annexer le territoire ukrainien qu’elle contrôle en violation directe de la souveraineté de l’Ukraine», a déclaré M. Kirby à Washington.

M. Kirby a ajouté que la Maison-Blanche devrait annoncer encore plus d’aide militaire à l’Ukraine plus tard cette semaine. L’aide devrait inclure davantage de systèmes HIMARS, une arme essentielle que les forces ukrainiennes utilisent avec succès dans leur lutte pour repousser les troupes russes.

Tout en poursuivant leur offensive dans le Donbass, les forces russes ont également bombardé de vastes zones à l’est et ailleurs à travers l’Ukraine avec des frappes de missiles et des barrages d’artillerie.

Le bureau présidentiel ukrainien a révélé qu’au moins 13 civils avaient été tués et 40 autres blessés par les bombardements russes à travers le pays en 24 heures.

Mercredi, au moins trois autres personnes sont mortes lorsque la Russie a bombardé la ville de Kharkiv, dans le nord-est du pays, ont annoncé les autorités.

Les victimes étaient un homme de 69 ans et sa femme et un garçon de 13 ans qui attendaient à un arrêt de bus. La sœur de 15 ans du garçon a été blessée selon le bureau du procureur régional de Kharkiv.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.