L’Ukraine fait pression sur les troupes russes en retrait

KHARKIV, Ukraine — Les troupes ukrainiennes ont fait pression sur les forces russes qui battaient en retraite mardi, intensifiant une contre-offensive qui a produit des gains majeurs et asséné un coup dur au prestige militaire de Moscou.

Alors que l’avancée se poursuivait, les services de garde-frontières ukrainiens ont déclaré que l’armée avait pris le contrôle de Vovchansk – une ville à seulement trois kilomètres de la Russie saisie le premier jour de la guerre. La Russie a reconnu avoir récemment retiré ses troupes des zones de la région nord-est de Kharkiv.

Les troupes russes se retiraient également de Melitopol, la deuxième plus grande ville de la région de Zaporizhzhia, dans le sud de l’Ukraine, a déclaré le maire provisoire de la ville. Son affirmation n’a pas pu être vérifiée immédiatement.

La ville de Melitopol est occupée depuis début mars. Sa capture donnerait à Kyiv l’occasion de perturber les lignes d’approvisionnement russes entre le sud et l’est de la région du Donbass, les deux principales zones où les forces soutenues par Moscou détiennent des territoires.

Le maire de Melitopol, Ivan Fedorov, a écrit sur Telegram que les troupes russes se dirigeaient vers la Crimée annexée à Moscou. Il a déclaré que des colonnes de matériel militaire avaient été signalées à un poste de contrôle à Chonhar, un village délimitant la frontière entre la péninsule de Crimée et le continent ukrainien.

Dans le village nouvellement libéré de Chkalovske dans la région de Kharkiv, Svitlana Honchar a qualifié le départ des Russes de soudain et rapide.

«Ils sont partis comme (un coup) de vent», a déclaré Svitlana Honchar mardi après avoir chargé des boîtes d’aide alimentaire dans sa voiture. Ils fuyaient par tous les moyens possibles.»

Certains Russes semblaient avoir été laissés pour compte dans la retraite précipitée. «Ils essayaient de se rattraper», a-t-elle déclaré.

Il n’était pas encore clair si le blitz ukrainien dans le nord-est, après des mois de mouvement peu perceptible, pouvait marquer un tournant dans la guerre de près de sept mois. Mais les responsables du pays étaient enthousiastes, diffusant des images montrant leurs forces brûlant des drapeaux russes et inspectant des chars calcinés abandonnés. Dans une vidéo, des gardes-frontières ont déchiré une affiche qui disait : «Nous sommes un seul peuple avec la Russie».

Les alliés américains de l’Ukraine, pour leur part, ont pris soin de ne pas déclarer une victoire prématurée puisque le président russe Vladimir Poutine a encore des troupes et des ressources à exploiter.

Face à la plus grande défaite de la Russie depuis sa tentative ratée de s’emparer de Kyiv au début de la guerre, le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konashenkov, a déclaré que les troupes ripostaient par des «frappes massives» dans tous les secteurs. Mais pour l’instant il n’y a pas eu de compte-rendu d’une augmentation soudaine des attaques russes.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que les forces ukrainiennes menaient des «mesures de stabilisation» sur le territoire reconquis dans le sud et l’est, et rassemblaient les troupes russes, les «saboteurs» et les collaborateurs présumés.

Dans son allocution de soirée, M. Zelensky s’est également engagé à rétablir la normalité dans les zones désormais libérées.

«Il est très important qu’avec nos troupes, avec notre drapeau, la vie ordinaire et normale entre dans le territoire désoccupé», a-t-il dit, citant un exemple de la façon dont les habitants d’un village avaient déjà commencé à recevoir des paiements de pension après des mois d’occupation.

Les rapports de chaos ont abondé alors que les troupes russes se retiraient – ainsi que les affirmations selon lesquelles elles se rendaient en masse. Les responsables ukrainiens ont déclaré avoir capturé tellement de soldats qu’ils avaient du mal à les loger. L’allégation n’a pas pu être vérifiée dans l’immédiat.

La vice-ministre ukrainienne de la Défense, Hanna Maliar, a ajouté que Kyiv tentait de persuader encore plus de soldats russes d’abandonner, lançant des obus remplis de dépliants avant leur avance.

«Les Russes vous utilisent comme chair à canon. Votre vie ne signifie rien pour eux. Vous n’avez pas besoin de cette guerre. Rendez-vous aux forces armées d’Ukraine», indiquaient les dépliants.

À la suite de la retraite, les autorités ukrainiennes se sont rendues dans plusieurs régions pour enquêter sur les atrocités présumées commises par les troupes russes contre des civils.

Des civils avec des signes de torture

Depuis samedi, la police régionale de Kharkiv a signalé à plusieurs reprises que des agents locaux chargés de l’application des lois avaient trouvé des corps de civils portant des signes de torture dans des territoires anciennement détenus par la Russie. Il n’a pas été possible de vérifier leurs déclarations.

Pourtant, le Kremlin a eu du mal à répliquer à la défaite, sa plus importante depuis que ses forces ont abandonné une tentative ratée de capturer Kyiv au début de la guerre.

Tard lundi, le président Volodymyr Zelensky a annoncé que ses troupes avaient repris plus de 6000 kilomètres carrés – une superficie plus de deux fois la taille du Luxembourg – en quelques semaines.

«Le mouvement de nos troupes continue», a-t-il déclaré.

Dans la dernière déclaration, les services de garde-frontières ukrainiens ont indiqué que l’armée avait pris le contrôle de Vovchansk – une ville à seulement 3 kilomètres de la Russie saisie le premier jour de la guerre.

Bien que chaque affirmation individuelle de succès militaire n’ait pas pu être vérifiée, la Russie a reconnu avoir retiré ses troupes des zones de la région nord-est de Kharkiv ces derniers jours.

Mardi, la police régionale a affirmé que les troupes russes avaient installé «une chambre de torture» au poste de police local de Balakliya, une ville de 25 000 habitants, occupée de mars à la semaine dernière.

Dans un message publié sur Facebook, le chef du département d’enquête des forces de police, Serhii Bolvinov, a cité des témoignages d’habitants de Balakliya et a soutenu que les troupes russes «gardaient toujours au moins 40 personnes en captivité» sur les lieux.

Pendant ce temps, les analystes militaires cherchaient à comprendre le coup porté à Moscou.

Dans une indication du coup porté à Moscou, les services de renseignement britanniques ont précisé qu’une force de premier plan, la 1ère armée de chars de la garde, avait été «gravement dégradée» lors de l’invasion et que «la force conventionnelle russe conçue pour contrer l’OTAN est gravement affaiblie». Il faudra probablement des années à la Russie pour reconstruire cette capacité.

Le revers pourrait renouveler l’intérêt de la Russie pour les pourparlers de paix, a déclaré Abbas Gallyamov, analyste politique russe indépendant et ancien rédacteur de discours de M. Poutine.

Mais même si Vladimir Poutine devait s’asseoir à la table des négociations, le président Zelensky a clairement indiqué que la Russie devait restituer tout le territoire ukrainien, y compris la Crimée, a déclaré M. Gallyamov.

«C’est inacceptable pour Moscou, donc les pourparlers sont, à proprement parler, impossibles», a-t-il expliqué.

Les actions précédentes de M. Poutine «ont restreint sa marge de manœuvre», de sorte qu’il «ne serait pas en mesure de mettre quoi que ce soit de significatif sur la table».

Pour que des pourparlers soient possibles, M. Poutine «devrait partir et être remplacé par quelqu’un qui est relativement imperturbable par la situation actuelle», comme son chef de cabinet adjoint, le maire de Moscou ou le premier ministre russe, a déclaré l’analyste politique.

Le retrait n’a cependant pas empêché la Russie de marteler les positions ukrainiennes. Tôt mardi, Moscou a bombardé la ville de Lozova dans la région de Kharkiv, tuant trois personnes et en blessant neuf, a déclaré le gouverneur régional Oleh Syniehubov.

Et les responsables ukrainiens ont déclaré que la Russie continuait de bombarder la plus grande installation nucléaire d’Europe, où les combats ont fait craindre une catastrophe nucléaire. La zone de Nikopol, qui se trouve de l’autre côté du Dniepr depuis la centrale nucléaire de Zaporijjia, a été bombardée à six reprises au cours de la nuit, mais aucun blessé n’a été signalé dans l’immédiat, a déclaré le gouverneur régional Valentyn Reznichenko.

Les frappes se sont également poursuivies sans relâche sur la ville de Kharkiv, la deuxième ville d’Ukraine et celle qui a été martelée par l’artillerie pendant des mois.

Parmi les immeubles à logement marqués par les combats de Kharkiv, un homme qui est revenu nourrir les oiseaux a pris un ton provocateur, affirmant que le succès de la contre-offensive ukrainienne entraînerait probablement de dures représailles russes contre des cibles civiles. Mais il a dit que le Kremlin ne réussirait pas à intimider les Ukrainiens ordinaires.

M. Poutine «va frapper pour que nous n’ayons plus d’eau, d’électricité, pour créer plus de chaos et nous intimider, a déclaré Serhii qui n’a donné que son prénom. Mais il ne réussira pas, car nous survivrons».

La contre-offensive a provoqué de rares critiques publiques de la guerre de Vladimir Poutine en Russie. Certains des défenseurs de la guerre ont minimisé l’idée que le succès appartenait à l’Ukraine, blâmant plutôt les armes et les combattants occidentaux pour les pertes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.