L’Ukraine se prépare à de nouvelles frappes russes

KYIV, Ukraine — L’Ukraine s’est préparée à de nouvelles frappes russes lundi et a mis en garde contre la possibilité d’une nouvelle série d’évacuations de la capitale pendant une accalmie relative des frappes aériennes sur les installations énergétiques et d’autres infrastructures clés ces dernières semaines.

En Occident, pendant ce temps, les préparatifs ont été intensifiés pour augmenter l’aide humanitaire à l’Ukraine afin que la population puisse profiter d’un peu de chaleur pendant ses mois les plus froids et maintenir la détermination de la nation aussi élevée que possible.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a averti que les troupes russes «préparent de nouvelles frappes et tant qu’elles auront des missiles, elles ne s’arrêteront pas».

«La semaine à venir peut être aussi difficile que celle qui s’est écoulée», a-t-il déclaré.

La ministre norvégienne des Affaires étrangères, Anniken Huitfeldt, s’est rendue lundi dans la capitale, Kyiv, et a dit qu’il s’agissait «d’une situation désespérée à laquelle nous assistons actuellement. Beaucoup ici sont confrontés à un sombre choix : fuir ou geler. La guerre russe est un cynisme sans précédent.»

Le maire de Kyiv, Vitali Klitschko, a prévenu qu’une partie des 3 millions d’habitants de la ville pourrait bien devoir être évacuée vers des endroits où les services essentiels seraient moins sujets aux coupures causées par les attaques de missiles.

La Russie a pilonné des installations énergétiques autour de Kyiv avec un barrage de missiles, entraînant des pannes de courant et des interruptions de l’approvisionnement en eau de la ville.

Et avec des températures proches du point de congélation et qui devraient descendre jusqu’à moins 11°C d’ici une semaine, l’aide internationale s’est de plus en plus concentrée sur des éléments tels que les générateurs et les autotransformateurs, pour s’assurer que les pannes qui affectent tout, des cuisines aux blocs opératoires, seront aussi limitées et courtes que possible.

Le président russe Vladimir Poutine «continue d’essayer de faire de l’Ukraine un trou noir ―pas de lumière, pas d’électricité, pas de chauffage pour mettre les Ukrainiens dans l’obscurité et le froid», a dénoncé le chef de la politique étrangère européenne Josep Borrell. Nous devons donc continuer notre soutien en fournissant plus de matériel aux Ukrainiens pour affronter l’hiver sans électricité.»

M. Borrell dirigeait une réunion des ministres de l’UE qui «examinerait spécifiquement la guerre ukrainienne du point de vue d’une crise humanitaire».

Au cours des trois prochains jours, de hauts responsables de l’OTAN et des ministres des affaires étrangères se réuniront à Bucarest, en Roumanie, où ces aspects humanitaires seront également évalués.

Le fournisseur d’énergie ukrainien Ukrenergo a déclaré lundi qu’il manquait encore 27 % de sa production après les frappes russes sur les infrastructures énergétiques. «L’ampleur et la complexité des dégâts sont élevées et les travaux de réparation se sont poursuivis 24 heures sur 24», a indiqué la société dans un communiqué.

L’alimentation électrique a été rétablie pour 17 % des habitants de la ville méridionale de Kherson, que l’Ukraine a récupérée au début du mois. Les Russes ont continué à pilonner la ville avec des barrages d’artillerie.

Le bureau présidentiel ukrainien a déclaré lundi qu’au moins quatre civils avaient été tués et 11 autres blessés lors des dernières attaques russes. Il a indiqué que des combats intenses se poursuivent le long de la ligne de front à l’est, les Russes bombardant Bakhmout et Toretsk.

«Les gens s’abritent dans les sous-sols, dont beaucoup sont remplis d’eau, a révélé le gouverneur de Donetsk, Pavlo Kyrylenko. Ils vivent dans des conditions catastrophiques sans électricité ni chauffage.»

Lundi également, la Russie a nié avoir l’intention de se retirer de la centrale nucléaire de Zaporijjia, dans le sud de l’Ukraine, qu’elle occupe depuis les premiers jours de la guerre.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré lors d’un appel avec des journalistes qu’il était inutile de rechercher des signes de retrait de l’usine «quand il n’y en a pas et qu’il ne peut pas y en avoir».

Les commentaires de M. Peskov répondaient aux affirmations ukrainiennes selon lesquelles les forces russes devaient se retirer de l’usine alors qu’elles faisaient face à une contre-offensive ukrainienne continue.

L’usine a été fermée suite à des bombardements répétés, dont la Russie et l’Ukraine se sont partagé la responsabilité. L’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU et les dirigeants internationaux ont exhorté la Russie à démilitariser la centrale pour éviter une catastrophe nucléaire, mais Moscou a rejeté les demandes, arguant qu’elle devait y maintenir des troupes pour assurer sa sécurité.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.