L’Université Laurentienne a conclu une entente avec ses créanciers

GRAND SUDBURY, Ont. — L’Université Laurentienne, dans le nord de l’Ontario, affirme avoir franchi une étape clé dans ses efforts pour ne plus être placée sous la protection des tribunaux face à ses créanciers.

Le président du conseil des gouverneurs de l’université bilingue de Sudbury affirme que les créanciers ont accepté le plan de l’établissement qui lui permettrait de se restructurer financièrement.

En février 2021, l’Université Laurentienne s’était déclarée insolvable et s’était placée à l’abri de ses créanciers.

La prochaine étape consiste pour l’établissement à demander au tribunal, le 5 octobre, la permission de mettre en œuvre ce plan de restructuration, une fois certaines conditions remplies.

L’université affirme qu’avec la mise en œuvre du plan, probablement plus tard cet automne, elle pourra sortir avec succès de la restructuration et devenir financièrement viable.

Dans un rapport publié en avril dernier sur la situation de l’Université Laurentienne, le Bureau du vérificateur général de l’Ontario concluait que l’établissement aurait pu éviter de se mettre sous la protection des tribunaux contre ses créanciers si ses dirigeants avaient été plus transparents avec le gouvernement au sujet des difficultés financières.

La vérificatrice générale, Bonnie Lysyk, imputait surtout au «maintien de dépenses en immobilisations peu réfléchies» la détérioration de la situation financière de l’université de 2010 à 2020.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.