L’UPAC arrête deux suspectes de fraude à la Commission scolaire Lester-B.-Pearson

MONTRÉAL — L’Unité permanente anticorruption (UPAC) dit avoir arrêté vendredi deux suspectes relativement à un stratagème de fraude au sein d’une commission scolaire de langue anglaise dans la région de Montréal.

L’UPAC a indiqué par communiqué que Caroline Mastantuono et Christina Mastantuono seront accusées de différents chefs, allant de l’abus de confiance à la fraude, la production et l’usage de faux documents lorsqu’elles étaient à l’emploi de la Commission scolaire Lester-B.-Pearson.

L’organisme a dit être encore à la recherche d’un troisième suspect dans cette affaire.

Les deux femmes ont été relâchées sous promesse de comparaître le 20 janvier 2021 au palais de justice de Montréal.

Caroline Mastantuono, ex-directrice du département international à la commission scolaire, aurait élaboré un stratagème de fraude et de faux documents de concert avec une compagnie de recrutement. Cette manoeuvre aura causé un risque de préjudice financier à la commission scolaire «en plus de tromper le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Inclusion dans l’attribution d’autorisations gouvernementales officielles», peut-on lire dans le communiqué de l’UPAC.

Christina Mastantuono, une employée du département international, aurait participé au stratagème.

Les faits allégués se sont déroulés entre 2014 et 2016.

L’UPAC a indiqué que les deux suspectes seront accusées de production de faux documents, falsification et fraude, tandis que Caroline Mastantuono sera aussi accusée d’abus de confiance.

Laisser un commentaire