L’UPAC procède à des perquisitions dans une dizaine d’endroits à Terrebonne

La Ville de Terrebonne, dans Lanaudière, a été contrainte de fermer certains services et bureaux, mercredi, à la suite d’une visite inattendue, soit celle des agents de l’Unité permanente anticorruption.

Ce sont près d’une centaine de policiers qui sont mobilisés depuis mercredi matin pour mener une dizaine de perquisitions, notamment à l’hôtel de ville ainsi qu’à la résidence du maire, Jean-Marc Robitaille.

M. Robitaille a déjà avoué dans le passé avoir séjourné à deux reprises sur le bateau de l’entrepreneur Tony Accurso, après l’avoir nié une première fois devant des enquêteurs.

Quatre autres résidences privées et quatre lieux d’affaires ont aussi reçu la visite de l’UPAC.

La porte-parole de l’UPAC, Anne-Frédérick Laurence, a précisé que les perquisitions qui ont été entreprises dans la ville visaient à obtenir de la preuve sur la base de soupçons de corruption en lien avec l’octroi de contrats publics dont la nature n’a pas été précisée.

On ne prévoit pas d’arrestations.

La Ville de Terrebonne a diffusé un communiqué laconique faisant état des fermetures et dans lequel elle dit collaborer pleinement avec l’UPAC.