L’urgence mineure de Windsor accueillera à nouveau des patients en avril

WINDSOR, Qc — Fermée depuis trois mois, l’urgence mineure du CLSC de Windsor rouvrira ses portes aux patients du Val-Saint-François à compter du 12 avril. Les services reprendront de façon progressive jusqu’à un retour à la normale en juin prochain.

Les usagers des environs pourront donc à nouveau bénéficier de soins médicaux mineurs du lundi au jeudi, de 8 h 00 à 15 h 00. En dehors de ces heures d’ouverture, on invite la population à se rendre à l’hôpital le plus près, au CHUS de Fleurimont, à l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke, au CLSC d’Asbestos ou à l’Hôpital de Granby.

La décision de cesser temporairement d’accueillir des patients à l’urgence mineure de Windsor a été prise en décembre dernier dans la foulée de l’opération délestage qui visait à mobiliser le personnel médical pour lutter contre la COVID-19.

Actuellement, d’après les données en date de jeudi, on recense 13 hospitalisations liées au coronavirus en Estrie, dont quatre patients aux soins intensifs. Ces chiffres sont très loin de la capacité maximale prévue en Estrie. La direction procède donc à la réorganisation progressive des services.  

«On s’était engagé à évaluer régulièrement l’utilisation de ces ressources et aussitôt que la situation le permettrait en termes de situation épidémiologique, on retournerait les ressources vers l’urgence mineure de Windsor», a expliqué la directrice des services généraux du CIUSSS de l’Estrie–CHUS, Chantal Gariépy.

C’est principalement la gestion des horaires de travail établis sur une base mensuelle et parfois même jusqu’à deux mois à l’avance qui retarde légèrement la reprise des activités à Windsor.

Appel au dépistage à Sherbrooke

Toujours en Estrie, mais dans le secteur de Sherbrooke, la direction régionale de la santé publique lance un appel au dépistage pour toute personne ayant récemment visité la boutique de l’Entrepôt Chaussures P.R.I.X., au 2700, rue King Ouest.

Plus précisément, les gens qui ont mis les pieds au commerce du 22 au 24 mars, entre 9 h 00 et 17 h 00, ou encore le 25 mars, entre 9 h 00 et midi, pourraient avoir été exposés à un cas de variant du SRAS-CoV-2.

Aucune éclosion n’a été déclarée, mais en raison de la présence confirmée d’un cas de variant, «on recommande fortement un dépistage rapide» des gens ayant fréquenté l’endroit afin d’éviter toute propagation potentielle.

Laisser un commentaire