L’usure du rail est mis en cause dans le déraillement de Saint-Basile au N.-B.

DARTMOUTH, N.-É. – Le mauvais état de la voie ferrée et particulièrement l’usure des rails sont mis en cause pour expliquer le déraillement d’un train du Canadien National (CN) survenu le 17 avril 2015 à Saint-Basile, près d’Edmunston au Nouveau-Brunswick.

C’est ce que conclut le rapport du Bureau de la sécurité des transports, rendu public mardi.

Les 35 wagons, dont 20 wagons-citernes, et la locomotive du convoi avaient quitté la voie, détruisant environ 275 mètres de voie principale le long de la route 144.

Fort heureusement, les wagons-citernes étaient vides et ne contenaient que des résidus de pétrole brut, leur dernier chargement; aucun déversement, aucun incendie n’étaient survenus et personne n’avait été blessé.

Selon le BST, le rail était à ce point usé que le point de point de contact entre les roues et le rail s’était déplacé vers l’extérieur, réduisant ainsi la stabilité latérale du rail, une problématique aggravée par le fait que le train se trouvait dans une courbe, de sorte que les forces latérales ont entraîné le déraillement.

Les enquêteurs soulignent «le peu de directives à la disposition du personnel d’entretien de la voie» lorsqu’il y a plus d’un défaut — ce qui était le cas dans cet événement — et l’absence de critère précis pour les combinaisons de défauts.

Le Bureau note avec soulagement que les wagons-citernes étaient vides et rappelle au passage que les liquides inflammables doivent être transportés dans des wagons-citernes plus robustes afin de réduire la probabilité de déversement.

Après cet événement, le CN a réduit l’usure totale maximale des rails et mis en place un système de mesure de l’écartement des voies pour améliorer son évaluation de la résistance latérale de la structure de la voie.