Lutte à l’inflation: Trudeau dévoile les détails d’un plan pour aider des Canadiens

ST. ANDREWS, N.-B. — Des ministres libéraux ont assuré mardi que le gouvernement de Justin Trudeau est à l’écoute des Canadiens qui se démènent avec l’inflation et ont présenté un plan ciblé pour aider ceux qui en ont le plus besoin.

Le plan d’aide vise à doubler le remboursement de la TPS, à mettre en place une prestation de soins dentaires pour la plupart des familles avec des enfants de moins de 12 ans, et à verser un paiement unique de 500 $ aux locataires à faible revenu.

«Je pense que le plus important est de comprendre qu’il y a des Canadiens qui souffrent vraiment», a affirmé le premier ministre Trudeau lors d’une retraite du caucus libéral dans la ville balnéaire de St. Andrews, au Nouveau-Brunswick.

Le nouveau plan devait être dévoilé la semaine dernière, lors d’une retraite du cabinet libéral à Vancouver, mais le dévoilement a été reporté à la suite du décès de la reine Élisabeth II jeudi.

Le NPD avait poussé le gouvernement à adopter ces trois mesures depuis des mois. Les prestations pour les soins dentaires et le logement sont inscrites dans l’«entente de soutien et de confiance» conclue par les deux partis en mars dernier.

En vertu de cette entente, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a accepté d’appuyer le gouvernement minoritaire sur des votes clés aux Communes, en échange de la mise en œuvre par les libéraux de certaines priorités néo-démocrates. 

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a souligné en entrevue que les mesures annoncées mardi représentaient «un point de départ».

«Ce sont des éléments pour lesquels nous nous sommes battus (…) Ils n’auraient pas fait cela sans nous, et ils ne pourront pas les faire adopter sans nous à la Chambre. Nous allons avoir besoin d’une législation pour y arriver», a lancé M. Singh.

«Mais nous pensons toujours que (il y a) d’autres étapes nécessaires», a-t-il ajouté.

M. Trudeau a affirmé que la législation mettant en œuvre les nouvelles mesures sera le premier projet de loi présenté lorsque la Chambre des communes reprendra ses travaux la semaine prochaine.

Trois mesures à 4,6 G$

Les trois mesures coûteront 4,6 milliards $, bien qu’une partie de l’argent pour les soins dentaires et l’allocation de logement ait été incluse dans le dernier budget fédéral.

La majeure partie — 2,5 milliards $ — augmentera les remboursements de la TPS à ceux qui en bénéficient déjà. L’augmentation totale équivaudra à un doublement des deux prochains versements, mais les fonds seront accordés en un seul versement envoyé après l’adoption du projet de loi. Environ 11 millions de personnes recevront ces paiements.

Le montant de la prestation pourra atteindre 233,50 $ pour les célibataires, 306 $ pour les couples mariés ou en union de fait et 80,50 $ pour les enfants. Les montants diminuent à mesure que les revenus augmentent.

Les parents d’enfants de moins de 12 ans dont le revenu du ménage est inférieur à 90 000 $ pourront demander jusqu’à 650 $ par enfant pour couvrir les factures de soins dentaires, cette année et l’année prochaine. Le gouvernement estime que l’aide aux soins dentaires, qui finira par se transformer en un programme de soins dentaires permanent pour tous les Canadiens, touchera 500 000 enfants et coûtera 938 millions $ cette année et l’année prochaine.

Les personnes et les familles à faible revenu qui consacrent au moins 30 % de leur revenu au loyer recevront une allocation de logement unique de 500 $. Le gouvernement estime que 1,8 million de Canadiens devraient y avoir droit, avec un coût total de 1,2 milliard $.

«Ce sont des choses qui feront une différence dans la vie des gens en ce moment, a déclaré M. Trudeau. Mais elles sont également suffisamment ciblées pour que nous soyons convaincus qu’elles ne contribueront pas à une augmentation de l’inflation.»

M. Singh a soutenu que le gouvernement peut facilement payer les programmes, notant que l’inflation a conduit à une manne fédérale dans les revenus de la TPS. Le gouvernement fédéral a perçu 15 milliards $ de plus en TPS en 2021-2022 par rapport à l’année précédente, et a enregistré une augmentation d’une année sur l’autre de 3,3 milliards $ au cours des trois premiers mois de 2022.

La TPS et les autres prestations ont augmenté de 2,4 % en juillet, mais l’inflation entre janvier et juin a atteint en moyenne près de 6 %. Les prix de l’essence ont commencé à baisser en juin, mais en juillet, les prix des aliments dans les épiceries étaient encore en hausse de près de 10 % par rapport à l’année précédente.

Le gouvernement libéral avait plaidé jusqu’ici qu’il aidait les Canadiens par le biais de politiques publiques existantes, comme le programme national de garderies et les indexations annuelles automatiques de prestations, telles que le remboursement de la TPS et l’Allocation canadienne pour enfants. 

Les libéraux rappelaient aussi les promesses contenues dans le budget de 2021 d’augmenter les prestations pour les personnes âgées et les travailleurs à faible revenu.

Les libéraux craignaient qu’en injectant trop d’argent dans les poches des Canadiens, ils alimentent la demande des consommateurs et aggravent l’inflation, comme le prévenaient plusieurs économistes.

Ainsi, l’économiste en chef de Marchés des capitaux CIBC, Avery Shenfeld, notait la semaine dernière que les provinces avaient déjà commencé à distribuer des montants forfaitaires à grande échelle pour apaiser les électeurs préoccupés par l’inflation, et il estimait qu’Ottawa ne devrait pas emboîter le pas.

«À moins de cibler de manière très pointue pour n’atteindre que ceux qui ont le plus besoin d’aide pour mettre du pain sur la table, ou mieux encore, de financer (ces chèques) en compensant par des réductions de dépenses ailleurs, cela ajoute à la pression inflationniste dans l’économie en augmentant le pouvoir d’achat» des consommateurs, estimait l’économiste de la CIBC. 

Le nouveau chef du Parti conservateur, Pierre Poilievre, a critiqué l’annonce de mardi, affirmant que les montants ne sont pas suffisants pour vraiment aider les Canadiens et que les dépenses feront grimper l’inflation.

«Nous avons vu plus de dépenses inflationnistes qui ne résoudront pas le problème pour les Canadiens ordinaires, a-t-il dénoncé. Vous voyez, le problème avec le fait de dépenser plus d’argent comme solution à l’inflation, c’est (que le gouvernement) verse simplement plus d’essence sur le feu inflationniste et c’est exactement ce que Justin Trudeau continue de faire.»

M. Poilievre a soutenu que l’allocation de logement, une fois répartie sur l’année, ne couvrirait même pas une journée de loyer chaque mois pour les habitants de Toronto.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.