Lytton: le Bureau de la sécurité des transports publiera jeudi son rapport

RICHMOND, C.-B. — Le Bureau de la sécurité des transports annonce que son rapport d’enquête sur l’hypothèse qu’un train de marchandises soit à l’origine de l’incendie de forêt qui a ravagé le village de Lytton, en Colombie-Britannique, sera rendu public jeudi.

Une conférence de presse est prévue en début d’après-midi (heure avancée de l’Est) afin de répondre aux questions concernant les conclusions de l’enquête.

Le 30 juin dernier, quelques jours après une canicule ayant entraîné des records de chaleur dans la région, un incendie s’est déclaré et les flammes ont rapidement embrasé tout le village de Lytton.

Deux personnes ont perdu la vie et à peine quelques rares bâtiments ont été épargnés.

Selon le Bureau d’assurance du Canada, la valeur des dommages causés à des biens assurés s’élève à environ 78 millions $.

Dans les jours qui ont suivi le sinistre, le Bureau de la sécurité des transports a dépêché des enquêteurs sur place après avoir reçu des signalements de la Gendarmerie royale du Canada et du Service des incendies de forêt de la Colombie-Britannique selon lesquels l’origine de l’incendie pourrait être reliée au passage des trains.

Une demande d’action collective déposée en Cour suprême de Colombie-Britannique, en août dernier, allègue que les rails exploités par le Canadien Pacifique (CP) et le Canadien National (CN) auraient causé ou contribué à causer le foyer d’incendie.

Aucune des deux entreprises n’a répondu à ces accusations devant le tribunal et aucune de ces allégations n’a été débattue en cour.

Le CN a publié une déclaration le 6 juillet dernier disant avoir ouvert sa propre enquête au sujet d’une vidéo publiée en ligne qui laisse croire qu’un train aurait provoqué l’étincelle ayant allumé le brasier.

«Après avoir analysé la preuve, le CN conclut que la vidéo ne montre pas un train près de Lytton au moment de l’incendie du village. En fait, la vidéo montre un train à 45 kilomètres au sud de Lytton et la fumée provient d’un différent incendie déjà en cours», pouvait-on lire dans la déclaration de l’entreprise.

Le Canadien Pacifique n’a pas voulu commenter le dépôt de la demande d’action collective, mais a référé à ses déclarations précédentes selon lesquelles les causes de l’incendie font toujours l’objet d’une enquête et que toute conclusion ou spéculation à ce sujet serait prématurées. 

En juillet dernier, le CP a assuré avoir inspecté chacun de ses trains ayant traversé Lytton dans la période précédant l’incendie, le 30 juin. Selon ses propres vérifications, elle assure n’avoir rien trouvé qui puisse soutenir l’implication d’un de ses trains dans la cause de l’incendie.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.