Mafia: le caïd Raynald Desjardins écope d’une peine de 14 ans de prison

MONTRÉAL – Le caïd Raynald Desjardins a écopé, lundi matin à Montréal, d’une peine de 14 ans d’emprisonnement.

L’ex-homme de confiance de Vito Rizzuto avait plaidé coupable, l’an dernier, à une accusation réduite de complot pour meurtre relativement à l’assassinat en 2011 de l’aspirant parrain Salvatore Montagna.

En échange de ce plaidoyer de culpabilité, la Couronne avait accepté de retirer une accusation de meurtre prémédité.

Lundi matin, la Couronne et la Défense ont, de manière commune, suggéré à la Cour d’imposer une peine de 14 ans de pénitencier à Desjardins.

Le juge André Vincent de la Cour supérieure a entériné cette suggestion.

En prenant en considération les années qu’il a passées derrière les barreaux en détention préventive, Raynald Desjardins devra donc rester à l’ombre pour encore six ans et demi.

À sa sortie de la salle d’audience, l’avocat de Desjardins, Me Marc Labelle, a soutenu que son client était soulagé.

«C’est quelque chose qu’on a négocié depuis longtemps. (…) Les accusations originales étant très graves, pour nous, le complot pour meurtre, ça satisfait les parties», a-t-il dit.

Me Labelle a rappelé que l’accusation de meurtre prémédité implique une peine de prison à perpétuité dans le cas d’un verdict de culpabilité.

Le procureur de la Couronne, Me Alexis Gauthier, s’est également montré satisfait.

Il n’a pas manqué de rappeler aux journalistes la complexité de la preuve amassée contre le mafieux. Cette preuve consistait principalement en des milliers messages cryptés envoyés par Blackberry.

«On parle d’une preuve extrêmement technique qui soulevait des défis importants pour la poursuite, a-t-il noté. On parle d’un volume de preuve considérable (…) et on parle aussi de la difficulté pour la poursuite de faire la preuve de l’identité de l’auteur de ces communications-là.

«Avec ce plaidoyer, il y avait une assurance pour la poursuite de mener cette procédure-là à terme», a expliqué Me Gauthier.

Raynald Desjardins, qui est détenu depuis cinq ans, a assisté aux procédures judiciaires qui se sont déroulées au Centre judiciaire Gouin à Montréal.

(Collaboration: Cogeco Nouvelles)