Maine: un manuscrit médiéval vieux de 700 ans dans une vente-débarras

PORTLAND, Maine — Un chasseur d’aubaines qui s’était rendu à une vente de succession à la recherche d’un mélangeur, d’une étagère ou de vêtements y a plutôt déniché un manuscrit médiéval vieux de 700 ans.

Au lieu d’un petit électroménager, Will Sideri a repéré un document encadré accroché au mur. Il comportait des écritures latines élaborées, des notes musicales et des fioritures en or. Une étiquette annonçait l’an 1285. Se fiant à ce qu’il avait vu dans ses cours au Colby College, le document semblait réellement médiéval.

Et le prix était de seulement 75 $ US.

Des chercheurs ont confirmé que le parchemin provient du Missel de Beauvais, qui était utilisé dans la cathédrale française de Beauvais, et qu’il date de la fin du 13e siècle. Il était utilisé il y a environ 700 ans lors de cérémonies catholiques romaines, ont-ils dit.

Une experte croit que le document pourrait valoir jusqu’à 10 000 $ US.

Après avoir repéré le manuscrit, M. Sideri a communiqué avec une de ses anciennes enseignantes au Colby College, qui était familière avec le Missel puisqu’une autre page se trouve dans la collection de l’institution. La professeure et un autre expert ont rapidement confirmé son authenticité.

Le parchemin faisait partie d’un livre de prières et de la liturgie des prêtres, a dit la directrice générale de la Medieval Academy of America, Lisa Fagin Davis, qui enseigne aussi les manuscrits médiévaux à l’université Simmons, à Boston.

Le missel entier appartenait auparavant au magnat de la presse William Randolph Hearst. Il a été vendu dans les années 1940, puis, à la consternation des chercheurs d’aujourd’hui, divisé en pages individuelles, a-t-elle ajouté.

La pratique était courante au début du 20e siècle. «Des milliers de manuscrits uniques ont été détruits et éparpillés de cette manière», a-t-elle déploré.

Mme Davis a soigneusement étudié le Missel de Beauvais, et elle a retracé plus d’une centaine de pages individuelles à travers le pays. Le document original en comptait 309.

La page achetée par M. Sideri intéresse tout particulièrement les chercheurs, non seulement en raison de son âge, mais aussi parce qu’elle est en bien meilleur état que l’autre page dans la collection de Colby, a dit Megan Cook, l’ancienne professeure de M. Sideri.

Le parchemin vaut au moins 10 000 $ US, selon Mme Davis, mais M. Sideri assure n’avoir aucune intention de le vendre.

Il dit aimer l’histoire et la beauté du document ― et le récit de la manière dont il a mis la main dessus.

«C’est quelque chose de très ‘cool’, a-t-il dit. Je n’ai pas acheté ça en ayant l’intention de le revendre.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.