Maine: un tribunal fédéral protège les baleines noires de l’Atlantique

PORTLAND, Maine — Un tribunal fédéral américain à rétabli mardi une protection octroyée aux baleines noires de l’Atlantique dans un secteur de quelque 2600 kilomètres carrés au large des côtes de la Nouvelle-Angleterre.

Une agence fédérale, le National Marine Fisheries Service, a publié l’an dernier de nouvelles règles qui interdisent aux pêcheurs de homards d’utiliser des lignes de bouées verticales dans ce secteur à certaines périodes de l’automne et de l’hiver.

Le secteur se trouve dans des eaux fédérales au large des côtes du Maine. La décision visait à empêcher les baleines noires de l’Atlantique, dont il reste moins de 340 spécimens, de s’empêtrer dans les lignes.

Un premier tribunal fédéral avait suspendu l’application de ces règles. Cette décision a été renversée par un tribunal d’appel de Boston mardi.

Le tribunal d’appel a renvoyé le dossier au tribunal de première instance, mais il a prévenu que les chances de succès des pêcheurs de homards qui s’opposent aux règles sont minces puisque le Congrès a clairement demandé au National Marine Fisheries Service de protéger les baleines.

Dans une décision distincte la semaine dernière, un autre tribunal fédéral a tranché que le gouvernement américain n’en a pas assez fait pour empêcher les baleines de s’empêtrer dans l’équipement de pêche au homard, ce qui peut se révéler mortel pour les mammifères menacés, et que de nouvelles règles sont requises pour les protéger.

Les baleines ne nourrissent au large des côtes du Canada et de la Nouvelle-Angleterre, puis elles vont donner naissance dans les eaux de la Géorgie et de la Floride. Elles ont été décimées à l’époque de la chasse commerciale à la baleine, et elles sont vulnérables aux enchevêtrements et aux collisions avec des navires.

Des groupes de défense des pêcheurs commerciaux craignent que les nouvelles règles n’entraînent la disparition de la pêche au homard en Nouvelle-Angleterre, qui est basée principalement dans le Maine et dont la valeur aux quais a atteint 500 millions $ US en 2020.

Les groupes environnementaux, en revanche, réclament des règles plus strictes et ont applaudi la décision de mardi.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.