Disqualification de Patrick Brown: le parti sollicite l’avis d’un avocat indépendant

OTTAWA — Le Parti conservateur du Canada a fait appel à un conseiller juridique indépendant afin de déterminer si l’un de ses comités à l’interne a compétence pour entendre la contestation de Patrick Brown, disqualifié de la course à la chefferie.

M. Brown a déjà retenu les services de l’avocate réputée Marie Henein, qui avait notamment défendu avec succès l’animateur Jian Ghomeshi, accusé d’agressions sexuelles.

Me Henein a écrit aux instances du parti la semaine dernière pour demander que son Comité d’appel de résolution des différends soit convoqué et qu’une date d’audience soit fixée. Elle souhaitait obtenir une réponse au plus tard samedi dernier.

Le porte-parole du parti, Yaroslav Baran, a confirmé que les instances avaient répondu vendredi soir, mais pour indiquer qu’elles voulaient savoir si ce Comité d’appel de résolution des différends avait compétence pour entendre la contestation de M. Brown.

M. Baran a écrit que les services d’un avocat indépendant avaient été retenus «pour donner son avis juridique sur cette question importante, qui guidera la réponse du parti aux avocats de M. Brown».

L’équipe de campagne de M. Brown, de son côté, examine quelles autres options peuvent être envisagées pour contester la décision du Comité organisateur de l’élection du chef.

Les détails de l’allégation ont été rendus publics lorsque Debbie Jodoin, une organisatrice conservatrice de longue date, a publié une déclaration par l’intermédiaire de son avocat jeudi dernier disant qu’elle avait été payée par une entreprise pour son travail sur la campagne de M. Brown et qu’il avait aidé à conclure l’arrangement.

Contact avec la campagne de Charest

La campagne à la direction de Jean Charest a confirmé qu’elle a été approchée par la même organisatrice, mais que les liens ont été rompus d’un commun accord après avoir appris qu’elle ferait une sortie publique concernant Patrick Brown.

Le jour même où Mme Jodoin a fait sa sortie publique, jeudi, elle a informé la campagne de Jean Charest qu’elle le ferait, car ils avaient discuté de son arrivée dans l’équipe, a déclaré une porte-parole de la campagne.

Michelle Coates Mather a affirmé que Mme Jodoin avait approché l’équipe de campagne le 27 juin et qu’ils étaient en pourparlers pour finaliser un contrat pour qu’elle les aide à faire sortir le vote.

«Elle est venue nous voir le 7 juillet pour confirmer qu’elle était la lanceuse d’alerte et qu’elle ferait une déclaration publique», a déclaré Mme Coates Mather.

«À la suite de cette discussion, elle et notre campagne sont parvenues à un accord mutuel pour ne pas poursuivre le contrat.»

Mairie de Brampton

Par ailleurs, un porte-parole de M. Brown a déclaré en fin de semaine que le maire de Brampton, dans le Grand Toronto, n’annoncera pas sa candidature pour sa réélection à ce poste, en octobre, tant qu’il n’en aura pas discuté avec ses proches. 

Chisholm Pothier a indiqué que M. Brown avait passé la fin de semaine à assister à un festival multiculturel à Brampton, à environ 45 minutes de Toronto, et à célébrer la fête musulmane de l’Aïd al-Adha.

M. Brown était entré dans la course à la chefferie conservatrice sans démissionner de son poste de maire de Brampton. Il avait déclaré qu’il envisagerait de se présenter à nouveau aux élections municipales d’octobre s’il croyait ne pas pouvoir remporter la course fédérale.

Il a jusqu’au 19 août pour déposer sa candidature à la mairie, mais la position de M. Brown dans la course fédérale a radicalement changé la semaine dernière lorsque le Comité organisateur de l’élection du chef a voté pour le disqualifier. Les membres du comité l’ont évincé par 11 voix contre 6, relativement à une allégation selon laquelle il aurait enfreint les lois fédérales sur le financement politique.

Activité bénévole?

Bien que le parti n’ait divulgué aucun détail de l’allégation, l’organisatrice s’est manifestée la semaine dernière pour soutenir que c’est elle qui avait dénoncé M. Brown aux instances du parti. Elle allègue que le candidat était impliqué dans un arrangement par lequel elle était payée par une entreprise privée pour travailler à sa campagne.

L’équipe de M. Brown a déclaré que la direction du parti avait refusé de divulguer tous les détails de l’allégation, ce qui rendait difficile d’y répondre. On ajoutait avoir proposé de rembourser l’argent versé à l’organisatrice en question — l’équipe Brown affirme qu’elle pensait que son travail était bénévole.

Depuis sa disqualification, M. Brown a également accusé le parti de l’avoir écarté pour favoriser le vétéran député de la région d’Ottawa Pierre Poilievre, considéré comme son principal rival. M. Poilievre et le parti ont rejeté cette accusation.

Ian Brodie, président du Comité organisateur de l’élection du chef, qui a voté pour la disqualification, a envoyé un courriel aux membres du parti vendredi dernier pour expliquer que M. Brown connaissait les allégations qui le visaient. Il soutient que le parti devait agir, car il ne pouvait pas se permettre d’avoir un candidat qui faisait l’objet d’une enquête pour violation des lois fédérales.

Pendant ce temps, les cinq candidats restants dans la course ont fait sauter des crêpes et ont salué leurs partisans au Stampede de Calgary, en fin de semaine, avec moins de deux mois à faire avant le dépouillement des bulletins de vote et la désignation du nouveau chef conservateur fédéral.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.