Malcolm X: un homme poursuit New York pour 40 millions $ US

NEW YORK — Un homme qui a été exonéré l’an dernier de l’assassinat du militant Malcolm X en 1965 a déposé une poursuite de 40 millions $ US contre la Ville de New York pour les vingt ans passés en prison pour un crime qu’il n’a pas commis.

Les avocats de l’homme de 84 ans, Muhammad Aziz, ont déposé la poursuite jeudi devant un tribunal fédéral, à Brooklyn.

Une deuxième poursuite a été déposée au nom de la succession de Khalil Islam, qui avait été lui aussi injustement condamné dans cette affaire.

Malcolm X a été abattu le 21 février 1965 à Manhattan. MM. Aziz et Islam, qui portaient alors les noms de Norman 3X Butler de Thomas 15X Johnson, et un troisième homme ont été reconnus coupables du meurtre et condamnés à la prison à vie en mars 1966.

Le troisième homme, Mujahid Abdul Halim, a reconnu avoir tiré sur Malcolm X, mais a affirmé que MM. Aziz et Islam n’y étaient pour rien. M. Halim a été libéré sous condition en 2010.

Un juge de Manhattan a annulé les condamnations de MM. Aziz et Islam en novembre 2021, quand les procureurs ont annoncé que de nouvelles preuves minaient considérablement le dossier contre eux.

Celui qui était à ce moment le procureur général du comté de New York, Cyrus Vance Jr, s’était excusé pour les «violations graves et inacceptables de la loi et de la confiance du public» par les forces de l’ordre.

Dans la poursuite déposée jeudi, les avocats David Shanies et Deborah Francois affirment que MM. Aziz et Islam étaient chez eux au moment du meurtre.

Ils soulignent que M. Aziz a passé vingt ans en prison pour un crime qu’il n’a pas commis, et qu’il porte depuis 55 ans le fardeau d’avoir été reconnu coupable de meurtre. M. Islam a passé vingt-deux ans derrière les barreaux et est mort avant d’avoir pu blanchir son nom, causant un tort «irréparable» à sa famille, selon les avocats.

Le maire de New York, Eric Adams, a dit croire que l’annulation de la condamnation des deux hommes était «juste» et que la Ville est à examiner la poursuite.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.