Manifestants enchaînés à des installations d’un terminal pétrolier à Montréal-Est

MONTRÉAL — Des manifestants qui s’étaient enchaînés mercredi à des installations du terminal pétrolier de la compagnie américaine Valero, à Montréal-Est, ont été arrêtés et relâchés sur promesse de comparaître à une date ultérieure, selon leCollectif Antigone qui revendique ce coup d’éclat. 

Toutefois, l’occupation du site se poursuivait tard en soirée et dans la nuit, certains manifestants résistant à la chute de la température qui devait descendre jusqu’à 5 degrés Celsius, selon les prévisions d’Environnement Canada.

«L’action contre la ligne 9B d’Enbridge au terminal pétrolier de Valero dans l’est de la ville de Montréal est toujours en cours, ce qui en fait maintenant la plus longue occupation d’un pipeline au Québec», précise un communiqué émis tard en soirée.

Une porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Caroline Chèvrefils, a confirmé peu après 22 h 00 que l’opération policière qui s’était amorcée au petit matin était effectivement toujours en cours. 

«L’intervention est toujours en cours à ce moment-ci. Initialement, l’évènement a débuté vers 4 h 15 ce matin alors que plusieurs manifestants se sont enchaînés sur diverses installations d’une compagnie pétrolière située sur l’avenue Hinton, près de la rue Notre-Dame, dans le secteur de Montréal-Est», a rappelé l’agente Chèvrefils 

«Les manifestants se sont enchaînés sur un convoyeur devant l’entrée principale de la compagnie. Ils se sont aussi enchaînés sur des bras de déchargement de la compagnie située près du fleuve Saint-Laurent. Les policiers étaient en discussion avec eux au courant de la journée et ils étaient toujours présents pour tenter de les convaincre de quitter les lieux», a précisé la porte-parole du SPVM.

LeCollectif Antigone a indiqué que l’un des grimpeurs juchés en haut des tours utilisées pour remplir les pétroliers «a décidé de descendre de son plein gré pour sa santé mentale et physique». Il a été arrêté puis relâché et deux autres grimpeurs étaient sur le point d’être arrêtés par les policiers.

«La transition énergétique ne se fera pas par les gouvernements.  Ça va se faire par la population et c’est ce qu’on fait en ce moment. Chaque minute qui passe réduit de milliers de barils de pétrole les exportations canadiennes  et sécurise notre eau et notre air», a notamment affirmé l’activiste qui s’est présenté par son prénom Olivier du haut de l’une de ces structures dans une vidéo publiée sur la page Facebook du Collectif Antigone vers 21 h 00.

Ils étaient alors au moins quatre ou cinq manifestants qui ne donnaient aucun signe de vouloir se rendre aux autorités.

Néanmoins, ces activistes étaient relativement pacifiques, ne cherchant pas la violence ou la confrontation, a indiqué la porte-parole du SPVM, Caroline Chèvrefils.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.