Manifestation à Londres pour protéger l’héritage de l’Empire britannique

LONDRES — Des centaines de militants d’extrême droite se sont rassemblés devant le parlement du Royaume-Uni, à Londres, samedi, en dépit des restrictions de la santé publique pour limiter la propagation de la COVID-19.

Différents groupes de militants d’extrême droite ainsi que des fans de soccer sont descendus dans les rues de la capitale britannique en affirmant qu’ils voulaient protéger des monuments historiques qui ont été la cible d’actes de vandalisme lors des manifestations de la semaine dernière contre le racisme.

Plusieurs se sont rassemblés autour de la statue de l’ancien premier ministre britannique Winston Churchill et du Cénotaphe, un mémorial commémorant la fin des deux Guerres mondiales, où un périmètre de sécurité avait été érigé vendredi pour les protéger du vandalisme. Les policiers craignaient notamment des confrontations à cet endroit entre des manifestants d’extrême droite et antiracistes.

Quelques manifestants ont lancé des bouteilles aux policiers, tandis que d’autres tentaient de repousser les barrières du périmètre de sécurité. La plupart des manifestants étaient des hommes blancs, qui scandaient «Angleterre» et chantaient «God Save the Queen».

«Je suis extrêmement las de la façon dont les autorités ont permis, pendant deux week-ends consécutifs, du vandalisme contre nos monuments nationaux», a affirmé Paul Golding, le leader du groupe Britain First.

Un groupe du mouvement Black Lives Matter à Londres a annulé une contre-manifestation prévue samedi, pour des raisons de sécurité, mais certains se sont tout de même rassemblés à Hyde Park en plus petit nombre.

Des statues de l’époque coloniale, partout à travers le monde, sont devenues une cible lors des récentes manifestations contre le racisme systémique, depuis le décès de l’Afro-Américain George Floyd le 25 mai dernier lors d’une intervention policière troublante à Minneapolis, aux États-Unis.

En Angleterre, le mouvement a déclenché un débat national sur l’héritage de l’Empire britannique et son rôle dans la traite d’esclaves. Une statue du marchand d’esclaves Edward Colston a été arrachée de son socle dimanche dernier à Bristol et jetée dans les eaux du port. À Londres, la statue Churchill a été couverte des graffitis avec l’inscription «était un raciste».

Dans un gazouillis vendredi, le premier ministre Boris Johnson affirme qu’on ne peut «censurer notre passé» même si Churchill «a parfois exprimé des opinions qui sont inacceptables à nos yeux de nos jours». Churchill est vénéré pour son leadership contre le nazisme durant la Seconde Guerre mondiale.

Les plus populaires