Grabuge à la manifestation contre la brutalité policière à Montréal

MONTRÉAL – Des pièces pyrotechniques et d’autres projectiles ont été lancés en direction des policiers et de leurs chevaux lors de la manifestation contre la brutalité policière, mercredi soir, dans les rues du centre-ville de Montréal, a indiqué la police.

Peu de temps après, des manifestants ont fracassé la vitrine d’un commerce, ont brisé les vitres d’une voiture de police et ont également fait des graffitis.

Les policiers ont alors ordonné aux manifestants de se disperser.

Les participants ont marché de façon calme pendant environ une heure, avant que des méfaits ne soient commis, a indiqué la police.

Les marcheurs étaient rendus devant le quartier général du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), au coin des rues Sainte-Catherine et Saint-Urbain, lorsque le grabuge a commencé.

Les manifestants s’étaient d’abord rassemblés en début de soirée dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, au coin des rues Ontario et Valois.

D’imposants effectifs policiers encadraient la 21e marche annuelle. Les manifestants n’avaient pas remis leur itinéraire aux autorités.

Le Collectif opposé à la brutalité policière, qui est l’instigateur de la manifestation, cherche à dénoncer certains aspects du travail policier. L’organisation s’en prend à ce qu’elle qualifie de nettoyage social, de profilage social, racial et politique, de militarisation, de dérive sécuritaire et d’impunité.

Les policiers continuaient de patrouiller le secteur dans la soirée de mercredi, afin de s’assurer qu’aucun groupuscule ne commette d’autres méfaits.

Aucune arrestation n’a été effectuée et personne n’a été blessé.