Manifestation contre Maxime Bernier à Hamilton: trois hommes sont accusés

HAMILTON — Trois Torontois ont été accusés relativement à une manifestation qui avait tourné au vinaigre à l’extérieur d’un événement mettant en vedette Maxime Bernier à Hamilton, en Ontario, le mois dernier.

Des échauffourées avaient éclaté le 29 septembre près de l’entrée du collège Mohawk de Hamilton avant le début d’une «table ronde sur la liberté d’expression» réunissant le chef du Parti populaire du Canada et le commentateur politique américain David Rubin. Aucun blessé n’a été signalé.

Un des accusés, Alaa Al Soufi, âgé de 27 ans, est de cette famille qui avait été forcée de fermer son restaurant à Toronto après avoir reçu, semble-t-il, des menaces de mort pour sa participation à la manifestation. Le populaire restaurant syrien «Soufi’s» a rouvert ses portes quelques jours plus tard, mais la famille a pris une pause des affaires.

La police de Hamilton soutient qu’une centaine de manifestants se trouvaient à l’extérieur du collège Mohawk le 29 septembre, alors que des gens entraient dans l’édifice pour assister à l’événement. Sur des séquences vidéo, on a vu notamment des manifestants masqués bloquer le passage d’une femme âgée avec sa marchette.

La police indique que quatre personnes avaient été arrêtées et libérées sans condition ce soir-là. Les enquêteurs ont par la suite visionné des heures d’images vidéo et soutiennent qu’ils ont pu identifier des suspects. Un homme a donc été arrêté mardi et deux autres se sont rendus aux autorités mercredi.

Alaa Al Soufi est accusé d’un chef d’intimidation, de deux chefs de déguisement dans un dessein criminel et de trouble à l’ordre public. Kevin Metcalf, âgé de 33 ans, de Toronto, est accusé d’entrave au travail des policiers, et Maximiliano Herrera, un autre Torontois, âgé de 30 ans, est accusé d’intimidation et de voies de fait.

La police tente toujours, par ailleurs, d’identifier deux personnes qui avaient été agressées ce soir-là: un homme qui filmait la manifestation avec son téléphone et une femme qui s’était fait enlever son chapeau par un homme. Les policiers soutiennent que les infractions ont été captées par vidéosurveillance et que les suspects ont été identifiés.

Pendant ce temps, la police de Toronto enquête sur une plainte déposée par la famille Al Soufi, qui a déclaré avoir transmis aux enquêteurs des centaines de messages haineux reçus après la manifestation.

Les plus populaires