Manifestation d’appui pour un schizophrène tué par la police en Ontario

MISSISSAUGA, Ont. — Des manifestants qui dénoncent la mort d’un schizophrène en crise abattu chez lui par la police, samedi, bloquaient toujours lundi après-midi une intersection à Mississauga, en Ontario.

Selon la Police régionale de Peel, la manifestation, qui a commencé dimanche, a duré toute la nuit et devait se poursuivre tout au long de la journée.

La manifestation a été déclenchée par la mort, samedi, d’Ejaz Choudry, âgé de 62 ans. Sa famille affirme que les policiers ont usé d’une force excessive lorsqu’ils ont fait irruption chez M. Choudry et qu’ils ont tiré sur l’homme atteint de schizophrénie, en pleine crise.

La famille de la victime soutient que les policiers dépêchés sur place criaient à M. Choudry en anglais, une langue qu’il ne comprenait pas.

L’Unité des enquêtes spéciales, la «police des polices» en Ontario, a été chargée de l’enquête.

Le premier ministre Doug Ford a indiqué qu’il lui faisait entière confiance. «Mes pensées et mes prières vont à la famille qui a perdu un être cher, même si on ne connaît pas les circonstances», a déclaré M. Ford lundi lors de sa conférence de presse quotidienne.

«C’est une situation terrible, malheureuse, mais attendons les conclusions du rapport (de l’UES) parce que je n’aime pas pointer du doigt un groupe, une organisation, avant que l’on connaisse tous les détails de l’affaire.»

Les plus populaires