Manifestations à Sydney, Séoul, Tokyo et ailleurs, mais interdites à Paris

SYDNEY, Australie — Des rassemblements en appui au mouvement «Black Lives Matter», contre le racisme, se déroulent dans plusieurs villes à travers le monde ce weekend.

En Australie, des milliers de personnes ont manifesté pacifiquement dans la capitale samedi en la mémoire de l’Américain George Floyd et des autochtones détenus en Australie, qui représentent 27% de la population carcérale tandis qu’ils ne comptent que pour 2% de la population au pays.

Les organisateurs de l’évènement à Sydney avaient obtenu le feu vert pour tenir ce rassemblement, vendredi, après avoir porté en appel la décision interdisant ce rassemblement.

D’autres manifestations similaires ont été annoncées aux États-Unis, au Canada, en Corée du Sud et au Japon.

En Corée du Sud, les manifestants se sont rassemblés pour une deuxième journée d’affilée pour dénoncer la mort de George Floyd. Ils étaient vêtus de chandails noirs et de masques au moment de prendre la rue au centre-ville de Séoul. Les marcheurs, qui avaient des pancartes avec les inscriptions «George Floyd repose en paix» et «Coréens pour Black Lives Matter», étaient escortés par les policiers.

Les manifestants s’étaient aussi rassemblés la veille devant l’ambassade américaine à Séoul pour dénoncer la brutalité policière aux États-Unis.

À Tokyo, des dizaines de personnes ont aussi manifesté dans le calme.

À Paris, la police a cependant interdit les rassemblements qui étaient prévus samedi pour condamner la brutalité policière, après le décès de l’Américain George Floyd.

Les autorités ont expliqué cette décision par la crainte de propager la COVID-19, alors que les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits, et par la crainte de débordements.

Malgré cela, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées près de l’ambassade américaine, a constaté Le Nouvel Observateur. Des manifestations se sont aussi déroulées à Lyon, à Lille, à Rouen ou à Clermont-Ferrand, attirant en tout des milliers de personnes. 

Sur internet, des appels à défier cette consigne avaient été lancés en invitant les gens à se rassembler samedi après-midi près de la Tour Eiffel ou à la place de la Concorde.

Laisser un commentaire