Manitoba: les flammes menacent deux Premières nations

WINNIPEG — Le gouvernement fédéral assure qu’il redouble d’efforts pour évacuer les membres de deux Premières nations du Manitoba menacées par un violent feu de forêt.

La Croix-Rouge canadienne estime qu’environ 1400 personnes seront chassées de leur domicile à environ 260 kilomètres au nord-est de Winnipeg.

Les autorités fédérales ont expliqué que les conditions d’incendie tôt mercredi indiquaient que le vent éloignait les flammes des communautés. Des équipes ont été déployées pour combattre les incendies qui se déclareraient dans les réserves.

Les dirigeants de la Première nation de Little Grand Rapids sont furieux, affirmant que les gouvernements fédéral et provincial ont entravé leurs efforts pour évacuer plus tôt dans la semaine leur communauté, qui n’est accessible que par la voie des airs.

Environ 630 personnes sont regroupées, la plupart avec des couvertures couvrant leurs visages, dans un gymnase enfumé à l’école de Little Grand Rapids, ont indiqué les dirigeants.

L’incendie d’origine humaine a éclaté lundi, selon un communiqué du ministère du Développement durable du Manitoba. Il était petit et les équipes de pompiers ont pensé qu’il pourrait être contenu, mais quand les vents se sont intensifiés, il a atteint une superficie de 50 kilomètres carrés, puis de 200 kilomètres carrés mercredi.

Le chef et le conseil affirment qu’ils ont communiqué avec Services aux Autochtones Canada lundi pour demander de l’aide pour une évacuation. Le gouvernement fédéral a demandé conseil à Développement durable, qui aurait indiqué que l’incendie était sous contrôle.

Cependant, Développement durable a déclaré que le personnel a tenté de contacter le chef et le conseil, sans succès.

Alors que les flammes se rapprochaient et que le ciel se couvrait de fumée, le chef et le conseil ont dit qu’ils ont de nouveau demandé l’aide du gouvernement fédéral mardi. Ce n’est que lorsque les cendres ont commencé à tomber sur la communauté que des mesures ont été prises en soirée, ont dit les dirigeants des Premières Nations.

Toutefois, l’incendie s’était trop rapproché de l’aéroport et la fumée épaisse empêchait les avions d’atterrir. Seulement 63 personnes ont pu être évacuées. Les autres ont été ramenées à l’école, qui était protégée par des gicleurs.

Selon les premières informations, 11 maisons ont été détruites.

Les communautés prennent leurs propres décisions concernant l’évacuation avec la participation et la consultation d’organismes comme Développement durable, a indiqué le ministère provincial par voie de communiqué. Dans ce cas, le chef a annoncé l’évacuation sans aucune consultation avec la province, selon le communiqué.

Services aux Autochtones Canada surveille la situation de près, a déclaré la porte-parole Martine Stevens, et le personnel régional a rencontré le chef et le conseil.

Des équipes du Manitoba et de l’Ontario luttent contre les feux de forêt avec des bombardiers à eau du Québec.