Manoir Liverpool: QS demande à Paré de se retirer de la campagne de vaccination

QUÉBEC — Le grand responsable de la campagne de vaccination au Québec, Daniel Paré, doit se retirer dans la foulée de l’affaire Liverpool, estime Québec solidaire (QS).

Vendredi dernier, un rapport du CISSS de Chaudière-Appalaches a confirmé plusieurs cas de maltraitance au Manoir Liverpool, une résidence pour personnes âgées située à Lévis.

Daniel Paré en est le haut responsable, puisqu’il est le président-directeur général du CISSS de Chaudière-Appalaches depuis 2015. 

Le gouvernement Legault défend M. Paré depuis le début de cette affaire, ayant choisi de croire sa version des faits selon laquelle il n’était au courant de rien.

Radio-Canada a également rapporté jeudi que le CISSS de Chaudière-Appalaches a octroyé illégalement 8,8 millions $ de contrats au Manoir Liverpool en 2016 et 2017. 

Daniel Paré ne peut pas rester en poste, a insisté vendredi en point de presse le porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois.

«Je pense que les informations qui ont été rendues publiques (par Radio-Canada) sont la goutte qui fait déborder le vase, a-t-il déclaré. Je pense que M. Paré ne peut pas rester en poste.»

«On ne peut pas parler d’imputabilité et opter pour le statu quo. Je pense que M. Paré doit se retirer», a-t-il ajouté. 

Si M. Paré est dégommé, cela prendra au Québec un troisième responsable de la vaccination: Daniel Paré avait dû remplacer en décembre Jérôme Gagnon, qui avait quitté le navire pour des raisons de santé.

M. Nadeau-Dubois a également déclaré vendredi qu’il serait trop facile de montrer du doigt un fonctionnaire sans se poser les vraies questions, qui sont d’ordre politique, selon lui.

À ses yeux, la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, et l’ancien ministre libéral de la Santé, Gaétan Barrette, doivent également être imputables. 

«Je ne veux pas que M. Paré soit un bouc émissaire; je veux qu’on se pose les vraies questions (…) politiques. Elles ne sont pas seulement bureaucratiques et managériales.» 

Le porte-parole du Parti québécois (PQ) en santé, Joël Arseneau, a pour sa part souligné que l’étau se resserrait autour de Daniel Paré.

«Je demande au gouvernement de prendre des décisions qui s’imposent, a-t-il déclaré. Des décisions ont été prises à l’encontre des règles. Et la conséquence habituelle, vous la connaissez.»

Il a dit soupçonner d’ailleurs «que le gouvernement a commencé à indiquer qu’il allait larguer le PDG».

Laisser un commentaire