Manon Massé est confiante de voir le Québec devenir bientôt un pays

QUÉBEC — La crise qui sévit au Parti québécois (PQ) pourrait profiter à Québec solidaire, selon Manon Massé, qui se montre confiante de voir le Québec devenir un pays avant longtemps.

«Les chances sont très élevées» de pouvoir célébrer le grand soir du Québec souverain dans un avenir prévisible, a prédit la porte-parole de Québec solidaire (QS), jeudi, lors d’une conférence de presse portant sur ses attentes budgétaires.

Pour appuyer sa thèse, Mme Massé mise sur les jeunes, qui «choisissent largement le véhicule de Québec solidaire», un parti «qui ne se cache pas d’être un parti indépendantiste» et dont le nombre de membres ne cesse de croître. 

Son enthousiasme à propos de la souveraineté du Québec tranche cependant avec certains faits, tant la baisse constante de popularité de l’option souverainiste dans les sondages, que le recul dans les intentions de vote pour le Parti québécois, depuis des décennies le principal véhicule politique de la souveraineté.

Selon elle, l’accession à la souveraineté demeurera pour le Québec le meilleur moyen de concrétiser une des grandes priorités de QS: la lutte aux changements climatiques.

«L’indépendance du Québec est nécessaire pour être capable de réaliser la réelle lutte aux changements climatiques», a-t-elle fait valoir.

Parti de gauche, très axé sur la protection de l’environnement, Québec solidaire place habituellement au second plan son option souverainiste.

Les questionnements en cours du Parti québécois, qui se dit prêt à revoir ses façons de faire, son fonctionnement, ses principes et priorités d’action, pourraient être pour Québec solidaire l’occasion de faire le plein de nouveaux membres.

«Il y a plein de gens» qui se reconnaissent dans la démarche menée par Québec solidaire «et peut-être que des gens qui, historiquement, se reconnaissaient dans le PQ se reconnaîtront dans nous», a convenu Mme Massé, à propos de la situation difficile au Parti québécois, qui a perdu une de ses députées lundi, Catherine Fournier.

Québec solidaire «est un parti qui rallie» de plus en plus de gens, «plein d’indépendantistes», surtout des jeunes, depuis 12 ans, a ajouté Mme Massé.

Elle mentionne au passage qu’Option nationale, un parti voué à la souveraineté, a choisi de se saborder au profit de Québec solidaire et non du PQ en 2017.

Et la meilleure façon de favoriser la souveraineté du Québec sera à travers la réforme attendue du mode de scrutin, selon elle. Le gouvernement Legault s’est engagé à donner suite à ce projet.

Les commentaires sont fermés.

Il est toujours possible qu’une partie des indépendantistes du PQ (si jamais celui-ci disparaît) aillent rejoindre les rangs de QS , mais ça ne sera pas mon cas. À regarder aller Legault, je crois qu’il a en main un programme qui pourrait, à toute fin pratique, nous conduire vers l’indépendance de manière très subtile. En ce sens qu’il a des requêtes tellement irritantes pour Ottawa que celui-ci n’a qu’une seule réponse à tout, et c’est NON. Quand les québécois réaliseront enfin qu’il n’y a pas grand chose à faire avec Ottawa, peut-être qu’ils vont enfin se réveiller pour de bon et ¨voter du bon bord¨.
Je me méfie des extrémistes qui deviennent fanatiques d’une seule cause, soit-elle économique ou même climatique. Ils en deviennent rapidement totalitaristes. Hors de leur église, point de salut.

Autant je suis fier d’être québécois et souverainiste, autant je nous trouve pathétique de voir tous les soi-disant indépendantistes s’entre déchirer et se diviser pour démontrer que c’est eux qui ont la vérité pour atteindre le but ultime d’un Québec souverain. Bien sûr qu’il faut discuter et échanger sur les moyens d’y arriver mais ce n’est pas en plaçant d’abord les idéologies de la gauche, du centre ou de la droite avant celle de la souveraineté pure et simple qu’on va y arriver. Tout le monde veut être le chef qui réussira cet exploit, tout le monde veut avoir raison sur le choix de son approche et résultat, tout le monde se tire dans le pied. Ne dit-on pas que l’union fait la force? Les fédéralistes peuvent bien rire dans leur barbe quand vient le temps des élections et qu’ils voient les deux parties souverainistes leur ouvrir, toutes grandes, les portes du pouvoir grâce à nos différends. Lâchez pas, tenez mordicus à vos points de vue, continuez d’être intransigeants, ne mettez surtout pas le véritable objectif en priorité et ce rêve ne se réalisera jamais. Une famille en chicane ne fait jamais de bien belles choses. « Bein bon pour nous »!

Les plus populaires