Marc Garneau propose au Sénat d’étudier l’avenue des voitures sans conducteur

OTTAWA – Le Sénat canadien, décrié par certains comme une institution dépassée, est appelé à se pencher sur la vision futuriste des véhicules sans conducteur.

Le ministre des Transports, Marc Garneau, souhaite que le comité des communications et des transports du Sénat lance une étude sur les enjeux techniques, réglementaires et politiques devant être abordés afin que le Canada puisse faire une transition douce et sécuritaire vers les véhicules sans chauffeur — déjà testés sur la route en Ontario et ailleurs.

Sa requête pour une étude au Sénat fait partie des efforts du gouvernement Trudeau pour rétablir l’image de la chambre basse comme une institution indépendante ayant un rôle parlementaire important à jouer.

Le premier ministre Justin Trudeau a déjà créé un comité conseil indépendant devant recommander des nominations non partisanes au Sénat.

Entre autres choses, M. Garneau a affirmé que le comité devrait examiner le potentiel pour le Canada d’établir des normes pour le développement de véhicules automatisés pouvant fonctionner de manière sécuritaire sur des routes glacées.

Prenant la parole, tard mercredi, devant le comité du Sénat, le ministre a fait valoir qu’il ne s’agissait pas de «science-fiction» et que ces véhicules avaient le potentiel d’«améliorer la sécurité, l’efficacité et le rendement environnemental du transport au Canada et dans d’autres pays».

M. Garneau et la ministre fédérale du Patrimoine, Mélanie Joly, étaient invités à se présenter devant le comité, mercredi, pour discuter des lettres de mandat qui leur avaient été remises par le premier ministre Justin Trudeau lors de leur entrée en fonction comme ministre. M. Garneau a profité de l’occasion pour demander au comité de lancer une étude sur les voitures sans chauffeur.