Marc Miller est méfiant face à l’épidémie dans les communautés autochtones

OTTAWA — Le ministre fédéral des Services aux Autochtones affirme que même si le nombre de cas de COVID-19 dans les communautés autochtones demeure faible, personne ne devrait faire preuve de complaisance.

Vendredi, lors d’une conférence de presse, Marc Miller a déclaré que les frontières et les points de contrôle sont bons pour identifier les personnes atteintes de COVID-19 qui veulent entrer sur le territoire d’une communauté, ainsi que pour sensibiliser les gens à la maladie.

Il craint toutefois que ces point de contrôle entretiennent un faux sentiment de sécurité.

Il reconnait que l’éloignement de plusieurs communautés et les mesures agressives prises par leurs dirigeants ont aidé à tenir le coronavirus à l’écart, mais il rappelle que ces mêmes communautés sont encore plus à risque d’être gravement affectées en raison des inégalités socioéconomiques.

Jeudi, on comptait 40 cas confirmés de COVID-19 dans les communautés des Premières nations et cinq cas au Nunavut.

Le Dr Tom Wong, médecin hygiéniste en chef, a par ailleurs encouragé les infirmières à offrir leurs services dans le Nord.

Le Dr Wong a dit que la pénurie de professionnels de la santé en région éloignée force les travailleurs à prendre l’avion d’une communauté à l’autre, ce qui pourrait propager la maladie.

Les plus populaires