Marcheurs blessés: des leaders autochtones convoquent une rencontre avec la GRC

VANCOUVER — Des leaders autochtones ont convoqué une rencontre avec la GRC à Chilliwack, en Colombie-Britannique, pour discuter de la façon dont la police a l’intention de procéder après que le conducteur d’une camionnette a présumément heurté quatre participants à une marche commémorative, samedi.

Garett Dan, capitaine de la section de la Colombie-Britannique du Crazy Indians Brotherhood, affirme que la réunion impliquera les chefs de plusieurs Premières Nations de la vallée du Fraser.

M. Dan a participé à l’organisation de la marche commémorative du week-end dernier à Mission, en Colombie-Britannique, pour attirer l’attention sur la question des pensionnats pour Autochtones et dit qu’un homme a heurté les marcheurs avec son véhicule avant même le début de la marche.

Un communiqué de presse de la GRC de Mission indique que quatre personnes ont été heurtées par un conducteur que la police a initialement appelé un «conducteur impatient», qui ne pouvait pas dépasser les marcheurs dans la seule voie en direction est de l’autoroute Lougheed, près de l’ancien pensionnat St. Mary’s.

Deux des marcheurs ont subi des blessures mineures. La GRC indique qu’un homme de 77 ans s’est rendu à la police lundi et que son camion a été saisi pour examen, mais qu’il n’est pas en garde à vue.

M. Dan dit que la GRC a affirmé qu’il fallait du temps pour mener une enquête et qu’ils n’ont donné aucune indication que des accusations sont en instance.

«Ils tiennent son camion plus responsable que lui. Ils ont gardé son camion, mais ils l’ont laissé rentrer chez lui», a déclaré M. Dan, ajoutant que le traitement de l’affaire par la police le rendait très contrarié.

La marche vers l’ancien pensionnat a été émouvante, a confié M. Dan, parce que les participants réclamaient un radar pénétrant dans le sol pour rechercher sur le site d’éventuelles sépultures anonymes d’enfants qui n’ont pas survécu à leur fréquentation forcée de l’établissement St. Mary’s.

M. Dan a dit qu’un homme dans une camionnette avait lancé aux marcheurs de «passer à autre chose».

«Notre peuple a subi beaucoup de traumatismes et d’abus dans les pensionnats et ce n’est pas comme s’il pouvait simplement effacer cela», a noté M. Dan.

«C’est exactement comme dire à un ancien combattant de passer à autre chose après une guerre.»

– Avec des informations de Kelly Geraldine Malone

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.