MarieChantal Chassé quitte le ministère de l’Environnement

Tandis que le député de Deux-Montagnes, Benoit Charette, la remplace, c’en est fini de la parité entre les hommes et les femmes dans le cabinet de François Legault.

Photo : La Presse canadienne

Moins de trois mois après sa nomination à titre de ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, MarieChantal Chassé quitte son poste. Le premier ministre François Legault a demandé au député de Deux-Montagnes, Benoit Charette, de la remplacer, évoquant les «difficultés» de communication de sa prédécesseure.

En point de presse à Québec, mardi, M. Legault a relaté qu’il avait rencontré la ministre la veille et que les deux auraient convenu qu’elle devrait céder sa place.

«C’était plus difficile concernant MarieChantal. Je pense que MarieChantal commençait à bien comprendre ses dossiers, c’est une ingénieure, une femme d’affaires, mais la partie communication avec les journalistes, c’était difficile», a-t-il expliqué, lorsqu’il s’est fait demander s’il avait fait une erreur en nommant Mme Chassé en premier lieu.

Les points de presse de MarieChantal Chassé avaient suscité des railleries sur les réseaux sociaux, car il arrivait qu’elle ne réponde pas directement aux questions des journalistes.

Le premier ministre a rappelé qu’il avait pris un «risque» en nommant plusieurs parlementaires inexpérimentés comme ministres, mais selon lui «sa moyenne est bonne au bâton».

«Je suis satisfait des résultats. Je pense quand même qu’il y a un consensus au Québec que la grande majorité des ministres, même s’ils n’ont pas d’expérience, se débrouillent bien», a-t-il ajouté.

M. Legault a ajouté que sa députée avait tout de même des compétences intéressantes, notamment en gestion, et s’est engagé à lui confier de nouvelles responsabilités prochainement.

La principale intéressée a réagi sur les réseaux sociaux en soirée.

«Avec maturité, le premier ministre et moi avons décidé qu’il valait mieux que je passe le flambeau et cède mes responsabilités de ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques», a-t-elle écrit.

«Malgré la perception donnée par la lorgnette médiatique, les affaires avancent bien au ministère de l’Environnement et je laisse une organisation bien en selle, ainsi qu’un plan clair pour que mon successeur puisse relever les défis qui sont les nôtres.»

Un parlementaire expérimenté

Benoit Charette est un député de longue date. Il avait été élu sous la bannière péquiste en 2008, avant de se présenter pour la Coalition avenir Québec (CAQ) en 2012. Il avait été défait cette année-là, mais en 2014, il avait repris son siège. Il avait été réélu facilement en octobre 2018.

M. Legault a expliqué que son député avait failli se retrouver dans la première mouture du conseil des ministres, en raison de sa grande expérience.

«Je pense que Benoit était dans ceux-là qui ont été sur la liste un bout de temps dans les jours avant le conseil des ministres et pour toutes sortes de raisons, entre autres aussi la question des territoires, qui représente quelles régions… Il est passé proche», a-t-il précisé.

Sitôt assermenté, le nouveau ministre a commencé à se faire questionner sur certains dossiers chauds en environnement.

Interrogé sur le fameux troisième lien à Québec, que la CAQ s’est engagée à construire au grand dam des environnementalistes, M. Charette a défendu le projet, qui, selon lui, se conjugue bien avec le transport collectif.

«Le projet de troisième lien n’est pas du tout, du tout en contradiction avec le transport collectif, bien au contraire. Ça va permettre de faire un arrimage sur un projet pour lequel il manque une pièce de casse-tête», a-t-il soutenu.

M. Charette a évité de s’avancer sur d’autres sujets, notamment sur un projet controversé de mine de lithium en Abitibi.

Les femmes minoritaires au cabinet

Avec le départ de Mme Chassé, le cabinet de François Legault n’a plus la parité entre les hommes et les femmes. François Legault avait promis pendant la campagne électorale qu’il formerait un conseil des ministres paritaire.

L’opposition libérale n’a d’ailleurs pas manqué de le mentionner. L’ancienne ministre de la Condition féminine et députée libérale Hélène David a jugé «dommage» que M. Legault nomme un homme «alors que les femmes sont nombreuses dans son caucus».

«Il ne faut pas être rigide», s’est défendu le premier ministre.

«Il y aura peut-être une occasion où il y aura 14 femmes et 12 hommes. Là, il y avait une situation où j’ai choisi le député qui avait selon moi les meilleures capacités pour répondre aux besoins», a-t-il poursuivi, ajoutant qu’il n’avait pas voulu faire de remaniement important au conseil des ministres.

L’opposition sceptique

La députée Ruba Ghazal, de Québec solidaire, a pour sa part accueilli la nouvelle avec scepticisme.

«François Legault a décidé de remplacer Mme Chassé car elle avait de la difficulté à faire face aux journalistes. Avec M. Charette, j’espère que les actions du gouvernement en environnement ne se résumeront pas à de meilleures opérations de communication», a-t-elle écrit sur les réseaux sociaux.

«Félicitations à Benoit Charette qui devient ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Le gouvernement de Francois Legault a l’occasion de donner un sérieux coup de barre sur ses politiques quant à la crise climatique. Va-t-il proposer une loi anti-déficit climatique?», a renchéri le député péquiste Sylvain Gaudreault.

La décision du premier ministre a été applaudie par Greenpeace Canada, qui le félicite d’avoir «corrigé le tir rapidement».

«Tout le monde a droit à une courbe d’apprentissage, mais il n’y a pas une minute à perdre en matière d’environnement, de changements climatiques et de protection de la biodiversité. M. Legault se devait d’agir rapidement et de mettre en selle une personne qui pourra livrer la marchandise», a déclaré dans un communiqué Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace Canada.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

13 commentaires
Les commentaires sont fermés.

cela montre que le volet communication est plus important que le volet ingénierie ou des affaires.

slogan était-elle à l’environnement en tant qu’ingénieure ou femmes d’affaires?
Non!
Heureusement d’ailleurs.
Pourquoi des avocats, des médecins, des ingénieurs, des gens d’affaires feraient de meilleurs politiciens que d’autres ayant fait autres choses dans leur vie professionnelle?
Legault semble avoir une fixation sur les gens d’affaires!
Moi je commence à en faire des boutons!
Mais autant comme députée et encore bien d’avantage comme ministre, elle ne c’est pas rendue service en s’affichant publiquement. Cette inconnue que je connais plus maintenant à cause de tout cela, serait bien la dernière à laquelle je penserais, peut-être à tord, à engager comme ingénieure ou à faire des affaires avec elle.
Je ne retiens rien d’élogieux à dire sur elle, au mieux que des histoires amusantes et même surprenantes venant d’une ministre.
Ben oui un député ou une députée, mais encore plus, un ou une ministre a besoin de savoir bien communiquer et expliquer avec la population. Cela se fait aussi et même surtout par l’entremise des journalistes et des émissions d’affaires publiques. Il est primordiale de connaître son ou ses dossiers…!
Monsieur Legault à mon avis, a cependant surtout choisi de souligner cet aspect pour éviter de parler de ses incapacités à maîtriser ses responsabilités et à assimiler les connaisses requises.
Sam Hamad était aussi ingénieur. Je ne manquais pas une occasion de l’entendre pas pour ce qu’il avait à dire mais pour comment il le dirait…et c’est sans souligner tous le « douteux » qui l’a entouré et qui n’est pas éclairci mais qui passait au second plan…
Madame Chassé je lui conseil d’essayer les spectacles d’humour. Seule question, pourra-t-elle comprendre les situations d’humour et les blagues qu’elle devra « communiquer »? Mais elle pourrait cependant ainsi cocher une autre case à sa liste « à faire » et l’ajouter à son cv!
À force de s’essayer à tout et à rien réussira-t-elle à faire un jour quelque chose de bien?

Il est vrai que si elle essayait l’humour, elle n’aurait rien à expliquer à des journalistes. Ce serait si j’ai bien décodé le message de Monsieur Legault un gros avantage !!!!

Victime de la parité, plutôt que de se faire la main dans son conté comme député et ainsi apprendre les rouages de la politique, non elle a été propulsé dans l’arène pour satisfaire les militants sans nuances et c’est cassé les dents. Autre victime de cette parité celui qui la remplace, ignorer au début.

Quand est-ce qu’on s’entendra sur la compétence avant tout autre chose comme critère d’embauche. On risque de voir le même phénomène avec les immigrants qui manifesteront de plus en plus eux aussi au sujet de la discrimination à l’emploi et la parité. Il est temps de mettre ça clair avant une dérape total.

On se ‘’relaxe’’ un peu avec la notion de parité sur le sexe, ce n’est qu’une notion d’un discours féministe ‘’à la mode’’ mais en voie d’être dépassé.

Votre réflexion de l’accès à l’égalité bien qu’amusante est simpliste et reprend ce qui est à la «mode». Benoit Charest n’avait pas été nommé au cabinet pour préserver la notion de quota, heureusement le bon sens replace les choses selon les mérites et les compétences.

D’une journaliste, on s’attend à une analyse plus réfléchie qu’un lien entre le % de femmes et le % à l’Assemblée nationale et les compétences, car ce à quoi vous vous référez est un quota. La notion de quota est un affront aux principes de la méritocratie. Avec ce calcul, on devrait avoir 50% de femmes plombières ou policières! Heureusement, au Québec ce principe n’a jamais été retenue dans le cadre des programmes d’accès à l’égalité en emploi.

Sous un régime pareil, des candidates de second ordre risqueraient de prendre la place d’hommes plus qualifiés qu’elles et l’ensemble de la classe politique s’en trouverait affaiblie. Les élus doivent être choisis pour leur compétence, et non en fonction de leur sexe.

Votre réflexion est contraire aux modalités d’évaluation du quantum de représentation qui ne se base pas sur un quota mais sur la disponibilité. Le véritable accès à l’égalité ne se limite au genre, il y a d’autres groupes dans la Société, tels les personnes handicapées, les minorités visibles ou ethniques et toutes les réalités sous l’étiquette LGBTQ X.
En 2019, un nombre basé sur le genre ne définit plus la notion d’égalité.

Daniel O.
Seriez-vous capable de relire votre avant-dernier paragraphe avec intelligence? Vous ne seriez certainement pas apte pour un ministère!
idem pour beaulyO2

@ Denise B En quoi devrai-je relire un paragraphe d’ un autre interlocuteur? En passant je m’ assume complètement Mme B. La parité n’ est pas une priorité pour faire des réformes nécessaires pour améliorer notre situation économique ! Je sens une petite frustration chez vous. Mon opinion n’ est pas basé sur le sexe Mme B; mais sur la capacité à remplir ce rôle de ministre de l’ environnement ! Mme Chassé n’ était pas capable de remplir ce poste adéquatement et je ne suis pas le seul ( pas intelligent ) qui a vu ça !

Denise B. il faut éviter de tout mêler.
L’intelligence et la compétence ne vont pas automatiquement ensemble et en tout temps surtout.
L’intelligence en partant, contrairement à ce que trop de gens pensent n’est pas aussi simple que ça à définir et surtout se décline en de multiples facettes. C’est facile cependant de se renseigner surtout en 2018.
L’intelligence est en partie innée, mais pas la compétence.
La compétence se développe avec des connaissances, des expériences et du temps.
On qualifie souvent, faussement, quelqu’un nous paraissant très connaissant, généralement dans un domaine en particulier, comme étant d’une grande intelligence.
Quelqu’un avec une intelligence plus grande et plus complète pourrait avoir des possibilités d’acquérir des connaissances et des compétences à divers niveaux et à un nouveau poste plus facilement évidemment.
Je ne doute pas que Madame Chassé soit intelligente et je n’ai ni la compétence et les connaissances précises d’elle même en particulier pour en juger. Cependant dès le début il était facile de comprendre qu’elle avait très peu et même aucune connaissance de l’environnement. Puis il a été rapidement facile à conclure également qu’elle n’était pas capable d’acquérir les connaissances nécessaires pour posséder ce dossier. Et je ne crois pas que dans un autre six mois elle aurait été tellement mieux.
La population de 2018 peut recevoir énormément de connaissances, en peu de temps et facilement, plus que jamais auparavant.
Ce n’est pas ça qui en fait une population à 100% d’une grande intelligence et très instruite non plus pour autant.
Et des gens intelligents, ce n’est pas ça qui manquent mais ça ne fait pas d’eux des gens super efficaces et compétents pour autant.
Puis nos sociétés privées comme d’états sont à pleine capacité de travailleurs intelligents, assistés de l’intelligence artificiel en plus, mais je ne suis pas certain pour autant qu’il y ait moins d’erreurs de jugements, de décisions et d’accomplissements pour autant.
Si non on serait obligé de conclure qu’il y a seulement des cons sur nos routes qui causent des accidents trop souvent le cellulaire à la main!
Déjà pour devenir député, il faut tout de même certaines capacités.
Mais pour devenir un bon ministre il faut être plus intelligent.
Mais même un bon ministre ne prendra pas nécessairement et pour autant à cause de sa grande intelligence et de ses grandes connaissances, même de ses dossiers, des décisions qui nous conviennent.
Peut-on douter de l’intelligence de Philippe Couillard parce qu’il a été jeté à la rue après un mandat?
Peut-on douter de l’intelligence du docteur Barette parce qu’il ne faisait pas le consensus autour de lui et à cause de son impopularité?
Deux politiciens sans aucun doute à l’intelligence supérieure.
Peut-on présumer de la très grande intelligence d’un Donald Trump parce qu’il a bien réussi en « affaires »?
Tout cela est beaucoup plus complexe qu’une phrase ou deux ici et là!

Mes félicitations à monsieur Legault pour avoir redressé cette situation rapidement.

Rapidement dites-vous?
Tout étant une question de perspective et de point de vue, je dis enfin!
Vouloir respecter à tout prix la parité peut aussi emmener des décisions au détriment de la compétence!
Ce n’était pas inéluctable mais ce fut inacceptable!
Les Québécois ont droit à ce qui devrait être le mieux dans les circonstances pour prendre des décisions en leur nom et cela devrait passer avant des considérations de quota, de parité et de régions à tout prix.
À part lui, vous peut-être et d’autres inconditionnels de ses questions, qui déjà encensent le choix de n’importe quelle femme comme étant assurément un très bon choix, les autres savaient dès la première journée que cette nomination était une erreur.
Une femme ne fait pas un bon choix parce qu’elle est une femme!
Je ne vote pas pour une femme ni pour un homme, je vote pour un député ou une députée qui me représentera.
Déjà, homme ou femme, politicien ou politicienne, mes antennes pour déceler la bêtise se déploient au maximum!
Nommer madame Chassé comme ministre était une bêtise!
C’est tout le peuple du Québec et l’environnement qui en paie d’autant plus le prix!

Quand la parité devient l’ élément essentiel à l’efficacité d’ un gouvernement; on est vraiment , mais vraiment dans le champ!!! Aie! Réveillez-vous le Québec a besoin de réformes et non de parité! La cible c’ est pour les électeurs une croissance économique et une prestation de travail qui vient avec !