Mars: premier vol réussi lundi pour l’hélicoptère Ingenuity, de la NASA

CAPE CANAVERAL, Fla. — Le premier vol d’un engin motorisé sur une autre planète que la Terre a eu lieu ce lundi matin, lorsque le petit hélicoptère de la NASA, Ingenuity, a brièvement décollé de la surface rouge et poussiéreuse de la planète Mars avant d’y revenir.

Cet exploit a été comparé à celui des frères Wright. On avait d’ailleurs caché à bord d’Ingenuity un petit morceau de la toile des ailes du 1903 Wright Flyer, qui a lui aussi marqué l’histoire à Kitty Hawk, en Caroline du Nord.

«Les données de l’altimètre confirment qu’Ingenuity a effectué son premier vol, le premier vol d’un engin motorisé sur une autre planète», a dit son pilote en chef, Havard Grip, la voix étranglée par l’émotion pendant que ses collègues criaient et applaudissaient.

Les contrôleurs de vol en Californie ont confirmé le bref saut d’Ingenuity après avoir reçu des données du rover Perseverance, qui a observé la scène à 65 mètres de là. 

Ingenuity, qui pèse moins de 2 kilogrammes, a été transporté sur Mars par la mission de Perseverance, qui s’est posée sur la planète rouge le 18 février dernier.  

La démonstration de l’hélicoptère de 85 millions $ US avait un peu une allure de «tout ou rien».

«Chaque monde n’a droit qu’à un seul premier vol», avait souligné plus tôt ce mois-ci la chef de projet MiMi Aung. Lundi, elle a qualifié le tout de «rêve ultime».

Mme Aung et son équipe ont dû patienter pendant trois heures interminables avant de savoir si le vol préprogrammé avait réussi, à près de 300 millions de kilomètres de la Terre.

La mission historique d’Ingenuity, qui devait avoir lieu 11 avril dernier, avait été retardée en raison d’un problème technique, ce qui ajoutait à l’anxiété des responsables.

Des applaudissements, des cris et des rires ont retenti dans le centre de contrôle quand la réussite a finalement été annoncée, puis quand la première photo en noir et blanc, montrant l’ombre d’Ingenuity sur le sol martien, est arrivée. On a ensuite reçu les images en couleur époustouflantes tournées par Perseverance, qui montrent l’hélicoptère redescendant au sol.

On ne dispose pour le moment que de quelques détails, mais la mission semble avoir été couronnée de succès sur tous les fronts.

La NASA a indiqué que le vol a duré 39 secondes. Ingenuity a atteint son altitude prévue de trois mètres et est resté stationnaire et apparemment stable pendant 30 secondes. L’atterrissage s’est aussi bien déroulé.

Le défi de faire voler Ingenuity est que l’air sur Mars est beaucoup moins dense que sur Terre. C’est l’air poussé par les hélices lors de leur rotation qui permet à un appareil de soulever un poids.  

Pour qu’il ait pu quitter la surface martienne et voler, l’engin de la NASA devait donc être très léger et ses pales devaient tourner à quelque 2500 rotations par minute, soit cinq fois plus vite que sur Terre.

Ingenuity devait donc être assez léger pour pouvoir s’envoler, mais aussi assez robuste pour résister aux conditions impitoyables de l’environnement martien.

Il a fallu plus de six ans pour mettre Ingenuity au point. Le petit robot mesure seulement 50 centimètres et tient sur quatre pattes délicates. Le fuselage qui cache toutes les batteries, tout le chauffage et tous les capteurs a la taille d’une boîte de mouchoirs.

Ses pales sont faites de fibre de carbone et remplies de mousse, et mesurent 1,2 mètre d’un bout à l’autre.

L’hélicoptère est équipé d’un panneau solaire pour recharger ses batteries, ce qui est essentiel pour survivre aux nuits martiennes quand le mercure plonge à -130 ℃.

La NASA avait choisi une zone relativement plate et libre de rochers d’environ dix mètres par dix mètres pour le vol d’Ingenuity.

La mission a retenu l’attention de toute la planète. Même Arnold Schwarzenegger a offert ses voeux de succès à l’hélicoptère en fin de semaine, en lançant sur Twitter «Get to the chopper!», une phrase célèbre tirée de son film Predator.

Ingenuity pourrait s’envoler jusqu’à cinq fois, chaque vol étant un peu plus complexe que le précédent. On pourrait éventuellement déployer une flotte de drones sur Mars pour explorer la planète depuis les airs.

La technologie pourrait aussi avoir des répercussions ici sur Terre, par exemple avec le développement d’hélicoptères capables de survoler l’Himalaya.

– Par Marcia Dunn, The Associated Press

Laisser un commentaire