Massacre en N.-É.: une cérémonie commémorative pour l’officière Heidi Stevenson

HALIFAX — Un service commémoratif régimentaire en mémoire de l’officière de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) qui faisait partie des 22 personnes tuées lors de la fusillade de masse de 2020 en Nouvelle-Écosse a eu lieu mercredi à Halifax.

De nombreuses personnes se sont déplacées, s’entassant le long du parcours menant au lieu de la cérémonie afin de saluer le cortège en l’honneur de la constable Heidi Stevenson. Des agents de la GRC et de la police municipale ont défilé au son des tambours et de la cornemuse alors qu’un corbillard transportait l’urne contenant les cendres de la policière jusqu’au centre sportif Cole Harbour Place.

Le service commémoratif de Heidi Stevenson a été retardé par la GRC en raison des restrictions liées à la COVID-19, bien que des funérailles familiales aient eu lieu le 24 avril 2020, cinq jours après le massacre.

Mercredi, la commissaire de la GRC Brenda Lucki a déclaré lors de la cérémonie que l’on se souviendra toujours de la constable Stevenson pour «son courage et sa force de caractère». Elle a ajouté que le corps policier gardera en mémoire son «héroïsme (le jour de la tragédie) et la bravoure dont elle a fait preuve ainsi que les gestes qu’elle a posés pour protéger la communauté qui lui tenait tant à cœur».

L’enquête publique sur la fusillade de masse a permis d’apprendre que l’officière Stevenson se dirigeait vers le lieu où un collègue avait été blessé le 19 avril 2020, lorsque sa rencontre funeste avec l’assassin s’est produite sur un échangeur routier à environ 60 kilomètres au nord de Halifax. 

L’officière âgée de 48 ans a été tuée lors d’un échange de coups de feu avec le tueur, qui s’était volontairement placé dans la voie en sens inverse au volant de sa fausse voiture de la GRC afin d’aller emboutir le véhicule de patrouille.

Toujours selon les documents dévoilés lors de l’enquête publique, des fragments de balles tirés par l’arme de Heidi Stevenson auraient «probablement» atteint le tueur à la tête. La présence de sang sur son front aurait mis la puce à l’oreille d’un autre agent qui a croisé sa route environ 35 minutes plus tard dans une station-service, où il l’a abattu pour mettre fin à la cavale meurtrière.

Il a aussi été révélé que la constable Stevenson avait demandé à 8h44, le matin du drame, que le public soit informé de se méfier puisque le tueur conduisait une réplique d’un véhicule de patrouille de la GRC. Personne n’aurait répondu à sa requête.

Lors de la cérémonie de mercredi, quatre amis de la victime ont souligné sa forte personnalité et son grand sens de la justice.

Son amie de longue date, Angela McKnight, a décrit Mme Stevenson comme une «femme acharnée» qui a préféré la GRC à la kinésiologie et qui avait développé sa force physique en jouant au rugby à l’université.

«Heidi s’entourait de femmes fortes dévouées à se soutenir les unes et les autres, a-t-elle dit. Je ne connais aucune femme meilleure… plus forte, plus déterminée qu’elle.»

Parmi la foule observant la procession, plusieurs personnes interrogées ont témoigné de leur admiration pour la policière qui a laissé derrière elle son mari et leurs deux enfants.

Heidi Stevenson a grandi à Antigonish, en Nouvelle-Écosse et a fait ses études universitaires dans la province. Elle a servi 23 ans dans la GRC, développant une expertise en matière de reconnaissance des stupéfiants, de patrouille et de communications. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.