McNeil n’a pas l’intention de modifier les règles sur le lobbying

HALIFAX — Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse n’a pas semblé préoccupé par la décision de Jean Chrétien d’ignorer les demandes des autorités provinciales au sujet de ses possibles activités de lobbying pour le projet de port au Cap-Breton.

Stephen McNeil a indiqué jeudi qu’il n’envisageait pas de modifier les règles du registre des lobbyistes afin de donner aux autorités plus de pouvoir pour enquêter sur des plaintes au sujet de présumés abus.

La registraire Hayler Clarke avait écrit à l’ancien premier ministre fédéral après avoir reçu une plainte au sujet d’une rencontre entre M. Chrétien, M. McNeil et le ministre des Transports, Geoff MacLellan.

M. Chrétien est un conseiller à la firme Sydney Harbour Investment Partners, laquelle tente de convaincre des investisseurs d’appuyer le projet de port à conteneurs. Il a refusé de commenter la situation malgré les courriels transmis à un associé qui s’occupe des demandes des médias.

MM. McNeil et MacLellan ont nié avoir fait l’objet de lobbying au cours de cette rencontre qui s’est déroulée le 21 mars dans le bureau du premier ministre. Celui-ci a ajouté que si un citoyen croyait que les règles n’ont pas été respectées, il pouvait aller se plaindre à la police.

John McCracken, un militant syndical à la retraite, compte prendre M. McNeil au mot. Selon lui, des modifications doivent être apportées à la loi pour permettre à la registraire d’enquêter.

 

Les plus populaires